Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 mai 2007 6 12 /05 /mai /2007 09:11

Mercredi 9 Mai 2007

 Michel (membre de "culture et goût" http://www.cultureetgout.com/index.htm) de passage à Toulouse a apporté un grand vin italien, découverte d'Eric Verdier. Nous l'avons bu en compagnie de quelques autres dont je vous propose un bref compte-rendu de dégustation. 

Champagne Egly-Ouriet Brut blancs de noirs vieilles vignes

Ce champagne est élaboré uniquement à partir de vieux pinots noirs avec 48 mois sur lies. En bouche, le vin est particulièrement corsé, ce n'est pas un champagne en dentelles!

Chablis grand cru Moutonne 1995 domaine Long-Depaquit

Lorsqu'on est patient avec les grands blancs de Bourgogne, on a la chance de déguster des vins comme celui-là avec une matière assagie, onctueuse donnant de beaux arômes miellés.   

Gevrey Champeaux 2004 domaine Denis Mortet

Dans un millésime à priori difficile, Denis Mortet a réussi ce vin extraordinaire par son alliance entre une grande maturité donnant des arômes fruités et des tanins très fins qui donnent une certaine droiture et de la noblesse. Une leçon d'exploitation du terroir!

Brunello di Montalcino 1999 Madonna del Pierro

Difficile de passer après le vin de Denis Mortet! Et pourtant ce vin italien a relevé le défi avec une robe noire, des parfums de menthe et de laurier, la bouche est d'une extrême densité sans austérité. Un beau représentant de ce très grand  terroir assurément.

Repost 0
29 avril 2007 7 29 /04 /avril /2007 21:38

Le millésime 1997

 

27 avril 2007

  Nous poursuivons notre étude des millésimes par une dégustation à l'aveugle de vins du millésime 1997. Est-ce un effet de la fatigue ou du caractère spécial du millésime avec des vins parfois atypiques, bref nous n'avons pas été très brillant pour reconnaitre les vins.

Côteau champenois Les Riceys 1997 Horiot Père et Fils

Belle robe rubis brillante, nez de bonbons acidulés avec un peu de coriandre. Bouche fraiche soutenue par une acidité vive, le vin termine court. Un vin qui ne vieillira plus.

Chinon Beaumont 1997 Pierre Breton

Le premier nez fait resortir des notes giboyeuses qui disparaissent à l'aération. Ensuite viennent des notes fumées, de fruits compotés, de cuir. La bouche présente un fruit assez persistant avec un léger manque de moelleux en fin de bouche. (nous avons d'abord pensé à un grenache du fait de sa grande maturité).

Bourgueil Les Perrières 1997 Pierre Breton

Un vin du même propriétaire mais d'un tout autre style! Le nez délivre des notes torréfiées de café. La bouche est plus droite que le précédént avec des tanns fins mais plus présents, une finale sur des fruits rouges.

Pommard Epenots 1997 Dom. Laurent

Le vins n'a pas pu être dégusté car mes 3 bouteilles étaient bouchonnées! La faute à des bouchons spongieux qui n'ont pas supporté le vieillissement et irrémédiablement abimé les vins. Je devient de plus en plus partisan du bouchon synthétique.

Pommard  Clos des Epeneaux 1991 Domaine des Epeneaux

http://www.domaine-des-epeneaux.com/

Vous vous demandez pourquoi ce vin figure dans la dégustation. Il s'agit d'une erreur de votre serviteur! Perturbé par les vins bouchonnés précédents, je suis descendu rechercher dans ma cave le Clos des Epeneaux 1997 que j'ai prestement dissimulé aux autres dégustateurs sans m'apercevoir que j'avais pris la bouteille du millésime 1991!

La robe est quasiment la plus sombre des vins de la dégustation. Le nez délivre avec retenue des notes de fruits et d'épices. La bouche est dense, profonde mais avec des tanins encore présents. Regouté le lendemain, le vin s'est révélé plus aromatique.

Repost 0
10 avril 2007 2 10 /04 /avril /2007 11:23

Repas chez Martin Berasategui

Pâques 2007

  Nous avons décidé de nous offrir un repas chez Martin Berasategui (http://www.martinberasategui.com/) un des trois restaurateurs de San Sebastian distingué au guide Michelin par trois étoiles.

Samedi 8 avril

  Parti pour le  week-end, nous avons logé tout près de la frontière à Hendaye au camping Dorrondeguy où l'acceuil est très sympathique (http://www.camping-dorrondeguy.com/ ) . Le  mobile home qui nous a accueilli était suffisamment confortable et spacieux pour partager  le samedi soir un repas sur le pouce avec quelques bonnes bouteilles de nos caves. A l'apéritif , nous avons commencé par un champagne Jacques Selosse Cuvée Origine (minéral, intense, très long). Nous avons poursuivi avec un Clos de Vougeot 1995 du domaine Meo Camuzet (fruits et épices, complexe, une bouteille issue de la partie haute du Clos qui confirme la parenté de ce domaine avec le maître Henri Jayer). Ensuite le Cahors Clos de  Gamot 1995 vignes centenaires qui a nécessité une bonne aération dans le verre pour révéler ces arômes de fruits rouges et de cuir. Nous avons fini par le Ruster Ausbruch Pinot Cuvée 1995 de Feiler Artiger, sublime vin liquoreux autrichien.

La plage d'Hendaye vue de  la promenade en bord de mer

 Les bouteilles de samedi soir

 Dimanche 9 avril

 Pour se rendre à San sebastian, nous avons pris la petite route en bord de mer qui procure de beaux points de vue.

Le phare de Higuer

 

La vallée de l'Irun vue depuis le Jaizkibel (643m)

Le restaurant vu du parking

Le restaurant n'ouvre qu'à 13 heures ce qui est relativement tôt pour l'Espagne. Noter les belles et grandes baies vitrées.

La porte d'entrée

  Bien installés à l'intérieur, il est temps de commencer le repas. Nous avons pris le menu dégustation à 138 euros sans l'option du plat supplémentaire avec du caviar (par souci de protection de l'esturgeon en Mer Caspienne).

Le menu dédicacé par le chef

Passons donc aux détails de chaque plat.

1. L'apéritif

Nous avons débuté par un vin pétillant espagnol Castilla Peralada rafraichissant et fruité mais un peu court en bouche (surtout comparé au Selosse de la veille). Noter les verres de marque Riedle.

2. Les amuses-bouches: petites croquettes de pomme de terre qui fondent littéralement sous la langue

3. Mille-feuilles caramélisé d'anguille fumée, foie gras, petits oignons et pomme verte, air de paprika fumé au chêne

4. Huitre à la chlorophylle de cresson

5. Coquille Saint-Jacques, gelées de tomate verte, sorbet citron et basilique, jus salé d'olive

6. Lait caillé d'oursins et pousses de soja, crémeux de café, cannelle et curry

7. Oeuf de ferme avec betterave, salade liquide aux herbes, carpaccio de ragoût basque et fromage

8. Consommé de Chipiron, ravioli farci de son encre et croustillant

9. Salade tiède de coeur de légumes avec crustacés, crème de laitue et jus iodé

 

10. Bar grillé, larmes de petit pois, chlorophylle d'haricot vert cru et rocher de pain

11. Côte d'agneau rôti avec ris, betterave au fromage idiazabal et son jus (le jus chaud est dans le petit verre à droite de l'assiette)

12. Orange sanguine, pomme verte avec sable d'olive noire

13. Bonbon liquide yaourt, marmelade mangue et fruit de la passion, air de gentiane et croustillant de fleurs

14. Café (avec la tasse design)

15. Mignardises et cognac Delamain

  Nous voilà arrivé au terme de ce repas d'exception. L'accumulation des plats n'est pas un problème car les quantités sont étudiées pour vous permettre de savourer et d'arriver sans désagrément jusqu'aux desserts. Le service est exemplaire et aucune attente ne se produit entre chaque plat. C'est un véritable voyage gastronomique que propose le chef. Certains plats confinent au sublime par les alliances de goûts: nous avons particulièrement apprécié le mille- feuilles caramélisé, la coquille Saint-Jacques, le lait caillé d'oursin, la côte d'agneau rôti et son jus ainsi que les desserts. Il faut noter le soin dans la composition picturale des plats avec de nombreuses fleurs qui font partir de la présentation et qui se mangent! Le chef est très fort dans la concentration des arômes par des gelées, des crêmes, des émulsions et mêmes des sortes de bonbons (ravioli farci de l'encre de chipiron, jus salé d'olive, bonbon de yaourt). Il faut également saluer la compétence et la gentillesse du personnel qui ont fait  l'effort de nous parler et de nous expliquer les plats en français. Martin Berasategui est venu nous saluer, a répondu à nos questions et nous a dédicacé les menus. 

Les vins

 La carte des vins est vaste. Nous avons choisi  de découvrir  des vins espagnols qui offrent un rapport qualité-prix imbattable (dans le sens où ils offrent une grande qualité pour un prix raisonnable). Bien sûr si votre budget n'est pas limité, tous les grands vins français et espagnols (Vega Sicilia et Pingus en tête) sont disponibles. Le sommelier maître d'hôtel saura vous conseiller. Nous avons débuté par un Sauvignon blanc Palacio de Menade 2005 sur un beau nez de jasmin, suivi par un Chardonnay Augustus 2004 fumé et bien équilibrée en bouche, pour terminer par un rouge 2000 Abadal 3.9 avec un nez de poivrons grillés, une bouche équilibrée avec du fruits rouges et des  tanins fondus.

La ville de San Sebastian

  Le repas se terminant vers 18 heures, nous sommes allés visiter le centre ville de San Sebastian.

  Mais ce qui est le plus typique, ce sont les rues piétonnes du quartier populaire derrière le port, avec les nombreux bars à tapas qui s'animent en soirée.

  Difficile de résister à toutes ces tentations culinaires!  Aussi nous avons choisi un petit assortiment de tapas.

  De retour à Hendaye le dimanche soir, le champagne Doquet-Jeanmaire 1996,  par sa légereté et sa fraicheur, nous a remis en forme pour une dernière collation.

Lundi 9 avril

  Visite de Saint-Jean-de-Luz pour acheter des gâteaux basques à la patisserie Pariès.

 http://www.terroir-basque.fr/paries/gateaux-basques-c-34.html?

  Pour finir, un pariade de poissons en terrasse du  restaurant Ibaia dans la vieille ville.

  En conclusion, un week-end de Pâques bien réussi qui donne envie de revenir à San Sebastian tester un des deux autres restaurants "trois étoiles" de la ville. 

Repost 0
24 mars 2007 6 24 /03 /mars /2007 16:21

Le millésime 1997

  Laurent nous propose une revue du millésime 1997 à travers cette dégustation à l'aveugle de 4 vins embématiques de leurs appellations et quasiment en mono-cépage. Un vieillissement de 10 ans est en effet un bon seuil pour juger de la qualité de vieillissement des vins.

 Quelles ont été les conditions générales du millésime ? Dans son numéro Spécial Millésime 1997, la RVF indique: "Clairement le millésime 1997 n'est pas une grande année. Et ce, nulle part en France, à une ou deux exception près". Dans ce millésime,  soit les vins manquent de maturité, soit ils présentent  une faible acidité  avec un risque d'évolution rapide. Parmi les régions ou appellations qui ont néanmoins réussi un beau millésime, la RVF cite la Loire pour les vins blancs et Bandol et Madiran pour les vins rouges.

 

Côtes du Roussillon La Muntada 1997 Domaine Gauby

Belle robe rubis sombre et brillante. Nez gourmand, vanillé avec du fruit rouge, bonbon acidulé. Bouche assez fondue, riche, avec du caramel au lait en finale. Un vin agréable mais il manque un peu de complexité. Un assemblage de 90% de syrah et de 10% de grenache, Eric est le seul dégustateur à avoir reconnu la syrah comme cépage dominant avec comme indice des notes de violette, bravo!

Bandol cuvée Saint Ferréol 1997 Domaine de la Tour du Bon

Robe plus sombre que le précédent, dégradée sur la frange. Nez réservé, assez droit, notes de pruneau et de cacao au réchauffement. La bouche est profonde et complexe avec des tanins encore présents, la finale poivrée signe le caractère du mourvèdre qu' Hervé et Eric ont reconnu lorsque le vin est revenu en deuxième dégustation.  

Chinon Clos de l'Echo cuvée crescendo 1997 Couly-Dutheil

Robe grenat brillante. Beau nez de poivrons grillés et de fruits rouge, petite touche vanillée. Bouche avec une texture fine et serrée avec du fruit (framboise) et une finale sur du tabac froid. Très typique de son cépage, le cabernet franc.

Madiran Montus prestige 1997 Alain Brumont

Le nez animal jusqu'à l'excès et la bouche déstructurée traduisent un problème de fermentation (contamination par des brets ? ). Ce vin avait déjà été changé par la propriété. Malheureusement il semble que ce problème de faux goûts affecte une grande partie des bouteilles de ce millésime.

 

 

Repost 0
12 mars 2007 1 12 /03 /mars /2007 17:23

 

Repas dégustation chez Nadine et Laurent autour du millésime 1991

1991 "L'année terrible!"

  C'est par ce titre choc que débutait l'éditorial de Thierry Desseauve dans le numéro spécial millésime 1991 de La Revue du Vin de France. Je continue à citer cet éditorial pour se remémorer les conditions climatiques de 1991 : "En une seule nuit, à la fin du mois d'avril, un gel d'une intensité jamais atteinte depuis 30 ans a détruit les premiers bourgeons de la vigne dans l'ouest et le sud de la France. Dès cet instant, on savait que la production serait drastiquement réduite. Côté qualité, on se doutait que ce serait dur... Car après un bon été et un début septembre superbe, il a fallu composer avec la pluie : certains s'y sont cassé  les dents. Bref, entre les problèmes de différences de maturité et ceux de la dilution, l'année demandait du talent".

  Pour autant, les conditions climatiques ont permis de réussir un millésime honorable dans certains vignobles notamment en Bourgogne. Sur la côte Chalonnaise et dans le maconnais, 1991 reste un des plus grands millésimes depuis 1947 et aussi un des plus méconnus! Ce repas dégustation avec comme thème le millésime 1991 va nous permettre d'étalonner ce millésime avec des vins qui ont vieilli 16 ans dans la cave de Laurent.

1) Le menu

Bretzels

Carpaccio de Saint-Jacques à l'huile de truffe

Crumble au foie gras

Brandade de lapin et cèpes

Coq au vin

Mousse au Chocolat et ses petits sablés 

2) Les vins

Champagne P.Montcuit Cuvée Nicole Montcuit 1991

Robe or pâle, nez de raisins secs, bouche minéral avec des arômes évolués et complexes, le cordon de bulles est très fin.

Macon Clessé Domaine de la Bongran (Thévenet) 1991

Nez puissant de miel, fleurs et agrumes. Bouche moelleuse avec des notes beurrées et une  grande longueur. On l'a pris pour un premier cru de Chassagne voire même un grand cru!

Jurançon Clos Lapeyre Cuvée prestige 1991

Robe vieil or. La truffe jaillit au nez, puis du coing, de la tapenade. En bouche la liqueur s'est fondue et est équilibrée par une belle acidité, la longueur est stupéfiante.

Vosne Beaumont Dom. Laurent 1991

Robe rubis bien évoluée. Nez complexe de sous-bois avec de la griotte. En bouche, les tanins sont bien assouplis et la longueur appréciable. Un vin à point mais qui peut encore tenir.

Vosne Beaumont Camille Giroud 1991

Robe rubis sombre. nez assez strict de fruits compotés, de jus de viande. La bouche fait plus concentrée que le précédent mais délivre moins d'arômes, un vin de gros potentiel pas encore à point.

Charmes Chambertin très v. v. Joseph Roty 1991

Robe rubis terne. Nez racé de rafle, de ronce. Bouche très concentrée avec des tanins très fins, la longueur signe le grand vin. Un palier au-dessus par rapport aux deux premiers crus précédents.  Un vin qui avait obtenu 5 étoiles dans la RVF. 

Chambertin  Dom. Laurent 1991

Robe très sombre comme le Roty. Nez plus enrobé avec encore beaucoup de fruits. La bouche ronde et suave est d'une très grande profondeur, assurément le plus grand vin rouge de la dégustation. Il vient de la partie haute du Chambertin avec des rendements très bas.

Gaillac Quintessence grains d'hiver Domaine de la Ramaye 1991

Des raisins récoltés le 14/14/91 avec des rendements ridicules! Elevage en fûts pendant cinq ans, 40 grammes de sucre résiduel. Robe orangée, nez de pommes cuites, de cire d'abeille. Bouche demi-liquoreuse finissant sur des notes de thé, d'antésite.

Saumur Champigny Clos Rougeard 1990

Comme les convives réclament une autre bouteille, Laurent ramène ce magnifique vin des frères Foucault dans ce millésime prestigieux qui a fait de l'ombre au suivant. Le nez est chocolaté avec du poivron grillé rappelant ce millésime solaire. La  bouche est parfaitement équilibrée avec des tanins fondus et des arômes bien présents. Quel talent!

 


 

 

Repost 0
3 mars 2007 6 03 /03 /mars /2007 16:30

Dégustation de Volnay et Pommard

  Lorqu'on veut caractériser les vins de ces deux communes de la Côte de Beaune, on associe à Pommard des vins plutôt charpentés tandis que ceux de Volnay seraient surtout remarquables par leur élégance et leur finesse. Camille Rodier à l'origine de la Confrérie des Chevaliers du Tastevin écrivait à propos des vins de Volnay : "Après les Musigny, ils sont les plus fins de toute la Bourgogne". En bref, les vins de Pommard seraient plutôt virils tandis que ceux de Volnay seraient plus féminins. Cette distinction se vérifie-t-elle à l'épreuve de la dégustation?

Pour cette dégustation, nous utilisons des verres Riedel modèle Bourgogne rouge

Volnay Clos des Chênes vieilles vignes 2000 Dom. Laurent

Robe sombre et terne traduisant un vin non filtré. Nez sauvage et complexe de terre humide avec un peu de cerise à l'eau de vie. Bouche tendue avec des tanins fins, des notes de rafles. Belle évolution à l'aération qui accentue le côté sauvage du vin et sa profondeur, un vin qui a beaucoup de réserve.

Pommard Epenots 2001 Vaudoisey-Creusefond

Robe plus claire. Le premier nez fait ressortir des arômes de fût qui s'atténuent à l'aération, la bouche est assez baroque avec des arômes exotiques et d'épices. On ressent en bouche une extraction de tanins doux, la finale revient sur des notes de zan. Un vin agréable mais qui pourrait lasser par son côté un peu "racoleur".

Pommard Rugiens 2001 JM Bouley

On revient sur un nez d'humus avec de la framboise. La bouche reprend les arômes du nez avec des tanins fins et relativement souples, bonne longueur, un vin agréable.

Volnay Santenots 2001 Dom. Laurent

  Les 2 premières bouteilles sorties de la cave s'avèrent bouchonnées! Pourtant les bouchons utilisés par Dom. Laurent sont particulièrement longs et de qualité. Donc est-ce la faute à pas de chance? Il convient de nuancer et de se poser sérieusement la question de la nécessité d'utiliser des bouchons en liège au vu de la pénurie de liège de qualité. En Nouvelle-Zélande, les producteurs de vins n'utilisent plus que des bouchons synthétiques. En France, certaines propriétés comme le domaine  Laroche à Chablis ont aussi complètement basculé vers ce type de bouchon totalement sûr pour le vin. La question qui subsiste est de savoir si ce type de bouchon convient pour le vieillissement à long terme du vin.

La robe est sombre et terne comme le premier Volnay. Le nez fait de nouveau ressortir ces notes d'humus mais avec plus de fruit que dans le premier Volnay (framboise). La bouche est plutôt tonique et de bonne longueur.

Conclusion

  Plus que l'origine de la commune, c'est le style de vignification qui détermine le caractère du vin. Les deux Volnay se sont montrés plus "virils" que les Pommard, réfutant ainsi les idées pré-concues du départ. La caractère commun de ces deux communes est de donner aux vins ces arômes nobles de terre mouillée mêlés au traditionnel fruit du pinot noir.

 

 

Repost 0
8 février 2007 4 08 /02 /février /2007 10:29

Dégustations de vins blancs de Loire


2 Février 2007

 
Pour cette dégustation à l'aveugle de vins blancs de la Loire, le hasard a bien fait les choses. Les quatre vins dégustés ont été placés du plus jeune au plus vieux. Est-ce un effet inconscient de notre visite le dimanche précédent au Château Vent d'Autan (http://www.degustateursdu31.com/article-5456246.html) si 3 vins dégustés sont également issus de domaine en bio-dynamie tandis que le  4e pourrait le revendiquer ?

  Mention spéciale à Laurent qui connait parfaitement le complexe vignoble des régions de la Loire et qui s'est permis de reconnaître les 4 vins, y compris le sien!


Cour-Cheverny
 Domaine des Huards cuvée François 1er 2002

Propriété en bio-dynamie

Robe dorée. Beau nez de gelée de coing. Bouche nerveuse, grasse avec des notes d'écorces d'agrumes, de la longueur avec de la minéralité en finale.


Pouilly-Fumé En Chailloux 1999 Didier Dagueneau

Robe claire. Nez puissant de pierre à fusil, pamplemousse rosé. Bouche concentrée, grasse avec des notes fumées. Un vin qui confirme la réputation internationale du vigneron.


Vouvray sec "Le Haut Lieu"  1999 domaine Huet

Propriété en bio-dynamie

Robe dorée. Nez miellé. Bouche grasse avec un beau support acide, miel et agrumes se mêlant pour donner un vin long finissant sur des notes épicées.


Anjou cuvée Christine 1995 Mark Angeli Domaine de la Sansonnière

Propriété en bio-dynamie

Robe pâle. Nez avec des notes de caramel au lait (vin batonné?) qu'on retrouve dans la bouche grasse mais assez nerveuse en finale. A l'aération, le nez s'épure vers des notes florales et d'orange confite.

Une dégustation qui confirme la grande classe et la diversité des vins de la Loire. Nous les aimons de plus en plus!


 

Repost 0
29 janvier 2007 1 29 /01 /janvier /2007 12:06

A la recherche de la perle noire

 Non, ce n'est pas le titre d'un nouvel album des Pieds Nickelés mais un résumé de notre escapade d'une journée dans le Quercy.

  La perle noire, c'est tuber melanosporum, la truffe noire du Périgord dont les cours atteignent au détail 1100 euros le kilo! Ce champignon mythique dit hypogée (à fructification souterraine) se récolte entre novembre et mars (plus de détails sur ce site  http://www.truffe-perigord-noir.com/ ).

  Pour bien profiter des saveurs de la truffe, rien de tel  qu'un repas "tout truffe". Peu de restaurants   en France proposent  un tel menu. Notre choix s'est porté sur  le restaurant "Le Gindreau" à Saint-Médard (Lot) qui nous avait été recommandé par un spécialiste de la truffe.

  Il aurait été dommage de ne pas profiter de ce déplacement pour une halte dans le vignoble de Cahors. Nous avons rendu une petite visite au Château Vent d'Autan d'Anne Godin à Saint-Matre ( http://www.cahorsaoc.com/ ).

 

Château Vent d'Autan

  La propriété de 6,5 Ha est en bio-dynamie depuis 1991. Elle produit du Cahors AOC (cépage malbec et merlot) et du vin  de pays de Quercy (cépage tannat et cabernet franc).

 Quelques images du domaine:

 
L'accueil est extrêmement amical. Nous avons dégusté une bonne partie de la production dans le chais à une température un peu fraiche cependant. Les vins rouges ont tous un côté "naturel" avec de beaux arômes de fruits  au nez et des bouches denses mais avec des tanins très fins. Noter que le vin de Quercy est plus  concentré que le Cahors du fait de son encépagement. Le moelleux est également intéressant par ses arômes de coing, de pommes au four. Le propiétaire indique que tous ces vins sont de longue garde.

  Nous aurons l'occasion de regoûter et de parler de ces vins lors de prochaine dégustations car nous avons acheté un large pannel de la production. Pour les amateurs d'art et les collectionneurs, il faut signaler que les étiquettes sont réalisées chaque année par des artistes.

 

 

 


 Restaurant Le Gindreau

  Cadre magnifique, acceuil sympathique et service attentionné, difficile ne pas recommander ce restaurant. En ce qui concerne la cuisine, le menu "Truffe en Quercy" est un véritable voyage gastronomique, les quantités de truffe dans chaque plat sont appréciables. On note que lorsque la truffe a macéré avec des ingrédients, sa force semble être décuplée. Cela est particulièrement net par exemple dans la gelée de pomme truffée et dans le soufflé.

 

Le détail du menu

 

Quelques images des plats

 1. "Cappucino Truffé et tastou au foie gras"



2. Truffes en Habit de Raviole

 


3. Coquilles St Jacques truffées



4. Pigeonneau et truffes
 


5. Service Fromager en Calice


6. Desserts




 


 

 

 


La carte des vins

Très belle carte de Cahors avec toutes les propriétés les plus réputées. Nous nous sommes limités à trois vins seulement pour accompagner le repas.


Chablis 1 er cru Vosgros 2002 Picq


Nez fin d'agrumes puis un peu
de miel au réchauffement. Bouche incisive bien typé Chablis et faisant bien ressortir les arômes de truffes.

Cahors Château Lamartine Cuvée Expression 2000


La cuvée haut de gamme du Château Lamartine. Très belle robe violacée, nez vanillé avec du fruit, bouche dense avec des tanins fins. Un style moderne mais très bien fait et agréable.


Hermitage 1995 Ferraton


Robe assez évoluée. Nez peu loquace. Bouche légère avec des tanins fondus, des arômes de violette et d'épices. Pas un mauvais vin mais on attendait plus de concentration de la part d'un Hermitage. En tout cas, un vin très loin du niveau d'un Hermitage de chez Chave!

 

 

 

 

Repost 0
14 janvier 2007 7 14 /01 /janvier /2007 18:16

Petite dégustation de rentrée

 

Après les fêtes et les grands vins (cf article précédent), une petite dégustation à l'aveugle sans thème pour bien débuter l'année 2007.


Côtes-du-Jura 2000 Jean Macle

Robe dorée foncée. Nez d'agrumes et d'épices. En bouche, les aromes de noix, d'épices (curry) et le gras font penser immédiatement à un vin du Jura. Ce qui surprend, c'est la composition de l'assemblage: 80% chardonnay, 20% savagnin; on aurait volontiers parier sur l'inverse. 


Gevrey 1ercru Les Fontenys 1991Joseph Roty

Robe rubis, nez un peu liègeux qui fait soupconner un problème de bouchon. La bouche est nerveuse avec des notes de griottes à l'eau de vie et des épices mais manque de corps (peut-être amaigrie par ce problème de bouchon).


Barbera d'Alba 2001 Gianfranco Alessandria

Un vin italien inconnu des dégustateurs.

La robe est violacée, opaque. Nez de fruits noirs (de type banyuls rimage) avec de belles notes florales. La bouche est riche, onctueuse, bien équilibrée malgré la richesse en alcool. Un vin qui laisse une très bonne impression.


Côteaux-du-Languedoc Prieuré St Jean de Bébian 1996 C.Lecouty

Robe grenat. Nez peu expressif nécessitant une aération pour libérer des notes de guarrigue. La bouche présente un côté très mature avec du fruit confituré, de la mache en finale avec une touche chocolatée.

 

 

Repost 0
7 janvier 2007 7 07 /01 /janvier /2007 11:37

Les belles bouteilles du réveillon 2006/2007

 

De belles bouteilles ont été bues durant les fêtes de fin d'année avant la reprise des dégustations en 2007.

 

Commentaires de Bernard

Champagnes

André Beaufort à Ambonnay: grand cru millésime 1999 et rosé

Une culture des vignes par aromathérapie et homéopathie!

 Cela faisait très longtemps que je n'avais pas bu un champagne rosé aussi bon avec de la concentration et de beaux arômes de groseille. Le millésimé 1999 est aussi exceptionnel  très concentré avec des arômes très originaux.

Pierre Montcuit grand cru blancs de blancs cuvée Nicole Montcuit 1996

Un autre style avec une fraicheur et une minéralité très marquée, on croit mâcher de la craie en finale!


Sauternes

Château Suduiraut 1990

Une richesse de liqueur exceptionnelle avec une belle complexité aromatique, parfait.

 


Bourgogne blanc

Corton Charlemagne 1992 Michel Juillot

Ce n'est certainement pas dans les revues spécialisées sur le vin que vous trouverez des comptes-rendus de dégustation sur un Bourgogne blanc de 15 ans d'âge. Ces grands crus sont toujours bus trop jeunes. Et pourtant,  quelle noblesse dans les arômes (poire, fleurs), un moelleux qui tapisse la bouche, une longueur phénoménale.


Bourgogne rouge


Pommard Les Vignots 1992 Domaine Leroy

Un vin d'une jeunesse incroyable sur des arômes de fruits rouges.

J'en profite pour signaler que je regrette profondément que  la maison Leroy ait changé de politique vis à vis de sa clientèle particulière en pratiquant dorénavant un contingentement particulièrement restrictif.


Chambertin 1999 Domaine Prieur

Ce vin illustre le "mystère" du Chambertin. Dégusté jeune, il n'était pas particulièrement impressionnant avec une robe rubis et des arômes peu expressifs. En vieillissant, il n'a cessé de prendre de la couleur, du corps et de la longueur. C'était ma dernière bouteille.


Nuits 1ercru Les Corvées-Pagets 1996 Dom. Laurent

C'est la quatrième bouteille que j'extrait de la caisse "Série rare Nuits-Saint-Georges 1996" et à chaque fois, je suis émerveillé par le vin. Il est  profondément typé Nuits-Saint-Georges avec des arômes de fruits, bien sûr mais aussi un caractère "terrien"  (terres mouillés, épices).


 

Commentaires d'Eric

Alsace

Engelgarten 2001 de M. Deiss

 Coplantation de Riesling , Pinot Gris,Beurot , Muscat, Pinot Noir.

Au nez des notes de poire, avec uneexpression tout en finesse et subtilité. En bouche, a la fois gras etminéral, avec quelques notes d'amendes il est d'une très belle longueur,bu en apéritif. Très beau vin ! Du Deiss !

Loire

Domaine  du Clos Naudin Vouvray Sec 2001 (P. Foreau)
Parfum de tilleul, minéral , d'une belle longueur, a encore un beau potentiel.

Les Monts Damnées Sancerre 2005 Francois Cotat


Nez d'agrumes ( pamplemousse), assez minéral ce qui lui donne pas mal de longueur. Assez gras cependant (pas typé sancerre), avec une belle puissance. Très agréable en bouche. Peut-être bu un peu jeune pour en apprécier tout le potentiel !


Bourgogne rouge



Nuits St-Georges n°1 VV 2001. D. Laurent


Mon frère, pas amateur de Bourgogne, est tombé sous le charme. Carafé 2 heures : nez très fin cassis, puis quelques notes de sous-bois. La bouche est merveilleuse, une texture tout en finesse, des tanins soyeux. Très long. Le lendemain, c'était toujours aussi bon en étant un peu plus expressif ! Superbe !

Champagne

Doquet-Jeanmaire Coeur de Terroir 98 

Très bon, très aromatique , bulle très fine.


Sauternes

Château Haut-Bergeron 99 

Très riche, assez proche du Guiraud 96 mais avec un peu plus d'acidité.


Vallée du Rhône

Domaine de la Soumade  Cuvée les Violettes 1998 (Syrah,Viognier)

Note typique de la Syrah adoucie par le viognier mais par contre en bouche, j'ai trouvé un peu de rusticité avec de l'assèchement .Un peu déçu.

 

Commentaire Laurent:

Champagne Grand cru Moncuit 96:

Par rapport au non dosé, le 96 apparait plus développé sur le plan aromatique (fruits secs, mandarine,craie) mais avec moins de tension en bouche. La longueur et l'ampleur données par le millésime sur ces deux vins sont extraordinaires.


Substance J. Selosse
:(assemblage des millésimes 87 à 94 de parcelles sur Avize.)

La couleur montre un léger doré. La bouche et le nez sont d'une étonnante profondeur pour un champagne avec des notes de miel, fruits secs, noisette, épices, touches crayeuses...Ce vin de grande race rappelle furieusement un grand cru de la côte de Beaune.


Vin Jaune Château
 D'Arlay 90:

Dans cet immense millésime le vin se montre à la hauteur de l'attente. Grande complexité aromatique (noix, curry, miel, raisins "mutés" type macvin) , d'une couleur soutenue, gras mais avec un beau soutien acide,il ne lui manque que la race des grands Château-Châlon.


Clos deTart 2000:

Voilà un vin revenu à son meilleur niveau c'est à dire un des tout premiers de la Bourgogne. Le nez est d'une rare distinction (épices, framboise, touches réglissées, avec un léger boisé intégré dans la masse du vin). La bouche, d'une superbe tenue, concilie ampleur et race avec des tanins d'une finesse extrême enfouis dans la chair du vin. Très grande longueur.


S.G.N Côteaux du Layon Ph. Delesvaux 97
(12° alcool, 212 gr sucres résiduels.)

Un vin exceptionnel  par sa richesse de structure et de saveurs mais à l'équilibre préservé par l'acidité et la complexité aromatique. A boire et à méditer. 

Repost 0