750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 septembre 2005 2 27 /09 /septembre /2005 23:00

Repas et vins prestigieux

 

24 septembre 2005

Noelle et Jean-Claude nous ont vraiment gâtés avec un superbe repas dont voici le menu:

Entrées

  • Foie gras de canard mi-cuit à la fleur de sel
  • Terrine de poivrons et son coulis
  • Brochette de Saint-Jacques, roquette et kiri 

Plat

  • Veau vert, riz aux pignons, cèpes de fronton

Fromages

  • Comté vieux 27 mois
  • Saint-Nectaire fermier
  • Valençay frais

Desserts

  • Mousse aux trois chocolats
  • Tarte bourdaloue aux poires

Pour les cèpes, Jean-Claude s'est levé très tôt ce samedi matin et est parti en forêt. Le résultat  sur la photo ci-dessous: cèpes de Bordeaux et têtes de nègre. Ils étaient très goûteux, un délice.

 

Les vins

1) Champagne Jacquesson signature 1988

C'est un champagne d'un style très vineux, encore jeune et vigoureux, finissant sur des arômes de fruits secs.

2)Vouvray moelleux Foreau La Réserve 1989

Données techniques 11.5°-150 grammes de sucres résiduels

Un vin qui tapissse la bouche avec une belle acidité. des arômes de coings, de dattes qui ne lassent pas avec un fond de minéralité. 

3)Jurançon moelleux Bousquet 1989 

Robe dorée, nez de pralin classique de Jurançon. Bouche étonnante sur des notes de caramel (aucun bois neuf pourtant dans ce vin), de crême brulée. Une certaine rusticité mais une authenticité qui force le respect, aussi long que le Vouvray. 

4)Pouilly-Fuissé Feret Hors Classe 1989

Nez fumé, bel équilibre en bouche entre le gras et l'acidité, finale noisettée de grande classe. Bon accord entre ce vin et les coquilles Saint-Jacques.

 

5)Bonnes-Mares Dom. Laurent 1994

Nez éblouissant de fruits rouges et d'épices. Bouche suave, un vin complexe et long (production infime 1480 bouteilles). 

6)Côte-Rotie Tardieu-Laurent 1999

Nez de violette, mûre, thé vert. Bouche équilibrée entre tanin et acidité, finale fumée. Un vin superbe, de grande classe. 

 

7)Côte-du-Rhône Fonsalette syrah 1997

Nez complexe de foin, tabac blond, bouche suave reprenant en finale les arômes du nez. une bouteille dégustée à l'aveugle et non trouvée par les dégustateurs. Emmanuel Reynaud a dignement succédé à son oncle.

 

8)Saint-Emilion grand cru Troplong-Mondot 1994

 Nez de sous-bois, champignons, assez agréable mais la bouche est un peu asséchante en finale. Un vin peut-être un peu trop extrait pour le millésime.

 

9)Rivesaltes ambré domaine Cazes

Superbe robe orangée, nez de VDN de grande classe, bouche finissant sur des notes très complexes de rancio.

La classique photo des bouteilles

 

Un gros plan sur deux bouteilles remarquables de cette soirée. Dominique Laurent a encore fait très fort, vous avez compris que j'apprécie particulièrement ses vins.

 

A propos, le nom "Bonnes-Mares" ne vient pas du caractère humide du terroir, ce serait un comble pour un grand cru mais de "bonnes mères", ce terroir ayant appartenu autrefois à un couvent. 

 

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2005 7 18 /09 /septembre /2005 23:00

Une bouteille à Bassiès

Pour la fermeture de la pêche, je suis monté au refuge de Bassiès en Ariège (plus de renseignements sur ce lien http://auzatvicdessos.free.fr/REFBASSI.HTM) et nous avons dégusté cette bouteille

Nuits-Saint-Geoges 1er cru La Richemone 1993 Dominique Laurent

Ce vin provient du domaine Pernin-Rosin et a été élevé  par Dominique Laurent. C'est avec émotion qu'on ouvre une telle bouteille car en 1999, André Pernin, vigneron à Vosne Romanée, a pris sa retraite. Le domaine a été repris par Christophe Perrot-Minot qui a imprimé un style plus moderne. André Pernin suivait plutôt les préceptes du célèbre oenologue Guy Accad adepte des vendanges mûres et des préfermentations à froid.

Je laisse la parole à Dominique Laurent pour parler du terroir et du vin

"Fournisseur exclusif de notre maison en fût et en bouteille depuis plus de 15 ans de la fameuse Richemone, nous avons souvent été ébahis par la splendeur, la longévité et la particularité de ce cru.

Michel Bettane qui le déguste depuis plus de 20 millésimes, se plait à trouver que sur la partie de la vigne appartenant à André Pernin et plus particulièrement à l'emplacement de la très vieille vigne (70-80 ans), le sol et le vin ressemblent et possèdent la même veine que la Tâche...Il faut préciser également qu'André Pernin fut un des premiers "vendanges tard" du village et par là, on peut considérer qu'il avait su garder les habitudes vigneronnes du début du siècle. Le vin vinifié par le Maître, a toujours arboré une robe profonde, des arômes entre autres de cassis et de fleurs sauvages, une longévité de grand cru. Nous avons souvent remarqué que plus la cuvée Richemone était pure vieilles vignes, moins les arômes de cassis dominaient au profit de goûts épicés...En ce qui concerne l'élevage de ce vin, il est exact que nous avons toujours utilisé nos meilleurs fûts neufs et pratiqué l'élevage long de minimum 24 mois qui s'imposait. C'est pendant ces longs mois de cave et de bois que le vin prenait lentement le style de notre maison, soyeux et tendre"

 

Qu'avons-nous constaté en dégustant ce vin?

Des tanins soyeux et un parfum de cassis qui envahit la bouche et revient en réro-olfaction. Mais ce parfum de cassis n'est pas lassant. A l'aération, le vin se complexifie avec des arômes plus épicés. On reste ébloui par la fraicheur de fruit de ce vin pourtant agé de plus de 12 ans et qui ne paraît absolument pas sur le déclin. Un grand vin assurément!

Quelques images prises à Bassiès pour vous donner l'envie de vous y rendre.

A Bassiès, on mange bien et on boit bon aussi: le vin en pichet n'est pas de la piquette mais de l'excellent Fronton de l'estimable domaine Ribes Château Le Roc!  Sur la photo, une fricassée de cèpes d'Ariège est en cours!

 

On est quand même mieux là sous la Pique Rouge de Bassiès qu' à travailler, n'en déplaise à Sarkozy!

Pour paraphraser le groupe Sergent Garcia, "la situation est difficile... mais pourtant j'ai foi dans les yeux de cet enfant..."

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2005 7 11 /09 /septembre /2005 23:00

La rentrée de Jean-Claude

Jean-Claude non plus n'est pas resté inactif pendant cette période estivale. Il a eu la gentillesse de prendre quelques notes de dégustation au cours d'un fameux repas pendant lequel il a sorti de belles bouteilles.

Le menu
Gâteau de courgette avec un coulis de tomate
Foie gras de canard 
Viande axoa (spécialité basque): veau coupé en petits morceaux avec des poivrons, oignons, ail, accompagné de pâtes fraiches (précision: le veau a été acheté chez un boucher réputé du pays basque) .
Fromages: chèvre 3 petits maconnais, Comté vieux affiné 17 mois
Dessert: tarte aux pommes de Nicole et vacherin de Noelle, tout ceci maison bien sûr
Les vins
Apéritif
Vouvray demi sec mousseux du domaine HUET
Champagne blanc de noir EGLY OURIET
Entrée
Saint Aubin 92 1 cru les Champlots de BACHELET
Jurancon  QUINTESSENCE 95 de BRU BACHE
  
Viande
Côteaux-du-Languedoc DAUMAS GASSAC 99  
Clos de vougeot 99 D. LAURENT
Dessert
Côteaux du Layon SGN 97 PATRICK BAUDOUIN
Ruster Ausbruch Pinot 93  FEILER ARTINGER
Digestif
Vieille prune de  LOUIS ROCQUE à Souillac 
Poire williams de la maison WINDHOLTZ à Ribeauville
Commentaires sur les vins
Après une mise en bouche fort sympathique avec le vouvray suivi du champagne EGLY bien vineux sur des notes de fruits rouges, la quintessence de BRU BACHE est très concentrée avec une très bonne acidité, notes de fruits confits.
Le Saint Aubin est décevant (semble dilué).
En revanche le Daumas Gassac est très puissant et jeune.
On change de registre avec le Clos de Vougeot de Dom. Laurent:  les tanins sont  soyeux, le vin délivre des parfums de fruits rouges, fraises et framboises. Le Layon fait la queue de paon  en bouche sur des notes de coing (il a été carafé 5 heures) une véritable gourmandise à deconseiller cependant à ceux qui craignent le sucre comme Hervé.
Le Ruster est égal à lui-même  toujours aussi jeune, très concentré mais tenu par une bonne acidité, notes de cire d'abeille et d' encaustique.
 

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2005 4 08 /09 /septembre /2005 23:00

Cet été, à Marchastel dans l'Aubrac, Eric et Laurent avaient aussi emporté quelques bouteilles qu'ils se sont faits un plaisir de déguster avec leurs épouses Valérie et Nadine.

De gauche à droite, champagne Egly-Ouriet, Savennières Clos de la Bergerie 1994, Mas de Daumas Gassac 1997, Jurançon Bousquet 1999, Côte du Rhone Village Le Clos du Caillou 2000 , Lirac domaine de la Mordorée 2000, à suivre sur la prochaine image...

Et ça continue avec de gauche à droite, Rasteau domaine de la Soumade, Champagne Moncuit brut non dosé 1996, Saumur Champigny domaine du Hureau 1995, Saint-Joseph l'Olivaie domaine Coursodon 1995, Saint-Estèphe Cos Labory 1986, Einswein autrichien Matnherhof 1999.

Les protagonistes très concentrés avant de commencer la dégustation à l'apéritif de l'Einswein autrichien.

Appréciation des vins en reprenant la notation par étoiles de la revue du Vin de France de 1 à 5 étoiles
Champ. Egly Ouriet tradition dégorgé 07/2002 ****
Clos de la Bergerie 94 Savennières ****
Daumas-gassac 1997 excellent ****(*)
Jurancon Bousquet 1999  ***(*)
Le Clos du Caillou 2000 Côte du Rhône Village ****
Lirac Reine des bois 2000 ****
Champagne Moncuit 1996 ****
Saumur Champigny 1995 ch. de Hureau **(*)
St-Joseph Olivaie de Coursodon 1995 *** et ** d'après Laurent
Cos LAbory 1986 St-Estèphe ***(*)
Eiswein 99 de Matnherhof (Autriche) ****(*)

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2005 3 07 /09 /septembre /2005 23:00

Petite dégustation de blancs (2/9/05)

Pour cette rentrée, avec la chaleur qui persiste, une petite dégustation de vins blancs à l'aveugle s'imposait.

Vin n°1

Robe or pâle, nez floral, léger perlant en bouche donnant de la nervosité, fine amertume en fin de bouche. Un vin blanc qu'on identifie comme sudiste mais dont ne reconnait pas le cépage: il s'agit d'un 100 % grenache blanc, l'Anglore Terre d'Ombre 2004 d'un jeune vigneron Eric Pfifferling à Tavel, une découverte d'Eric.

Vin n°2

Robe or pâle, nez peu expressif, bouche  avec de fines notes citronnées et anisées sur un fond minéral. On part sur un chenin vinifié en barrique! Erreur!   Il s'agit d'un Bourgogne: Rully La Pucelle 1er cru La Pucelle 1999 du célèbre domaine Jacquesson.

Vin n°3

Robe plus dorée que les précédents, nez intense de grillé évoluant vers des notes plus complexes à l'aération, bouche tendue et d'une grande concentration avec un côté citronné insistant et des notes plus salines de coquilles d'huitres. On identifie sans problème un bourgogne blanc élevé en barrique mais de quelle appelation? Il s'agit d'un Beaune 1er cru Les Reversées 2000 de Dominique Laurent.

Vin n°4

On passe des vins secs à un vin liquoreux.

Robe vieil or magnifique, nez intense de gelée de coings avec des notes d'hydrocarbure, de cire, d'encaustique. Bouche avec une très grande persistance (8 à 10 caudalies), d'étonnantes notes de réglisse en rétro-olfaction.

Un vin testament d'une  propriété qui a maintenant cessé de produire des vins.

Monbazillac Clos Fontindoule 1989 de G. Cros.

La photos des bouteilles

 
Divers
Dégusté un grenache moelleux non muté issu du célèbre domaine Mas Amiel:
Robe violacée intense et brillante, nez de mure, bouche avec un fruité intense de fruits noirs un peu monolithique cependant.
Admirez la couleur du vin!
 
 
Les bois sont encore secs mais quelques amanites oronges tentent de sortir;

Partager cet article
Repost0
18 août 2005 4 18 /08 /août /2005 23:00

 Vacances à Pleudihen-sur-Rance


Il n'y pas de vignoble dans les Côtes d'Armor mais les différents protagonistes de ces vacances avaient pris leurs précautions en emmenant quelques bouteilles à partager en toute convivialité. Ce petit article aidera à se rappeller tous ces bons moments passé ensemble.


samedi 7 août

Pâté en croûte et andouillettes de Bourgogne au barbecue.

A l'apéritif,  vin blanc du Languedoc (domaine de La Colombelle), muscat de Mireval et ratafia de Bourgogne avec des tranches d'andouilles.

 
En entrée, le pâté en croûte



Cuisson des andouillettes

Avant



Après: félicitations à Philippe S.!


 
Pour accompagner, après le blanc de Bourgogne, un vin rouge du Languedoc


 
 
dimanche 8 Août

Menu: lotte à l'armoricaine.
Pour accompagner, une belle brochette de vins blancs (vin du Bugey, Meursault Les Forges 1996 Dom. Laurent, Corton Charlemagne 1992 Dom. Juillot) suivie
d'un Saint-Emilion Château Pavie Decesse 1989.

 
Question: parmi ces trois vins blancs, un seul n' a pas pour cépage le chardonnay, lequel?
Réponse: le meursault de Dom. Laurent est à base de très vignes de pinot blanc qui donnent chaque année un vin très gras et puissant. Le Corton Charlemagne arrive à maturité et est plus complexe, il va tenir encore longtemps.
En dessert, tarte fine à l'ananas et aux pommes.


lundi 8 août

Menu: poulet au cidre, fard breton, tarte à l'abricot
Vin: Anjou-villages rouge
A l'apéritif, petites tranches d'"andouillon"



Les desserts


Pour bien digérer après un repas, quelques cerises à l'eau de vie


Mardi 9 août
 menu breton: soupe de poisson, galettes bretonnes, crêpes en dessert, en boisson cidre fermier évidemment!

Préparation de l'apéritif: rhum canne bleue Clément, rhum paille Saint-James


Service de la soupe, Albert aux manettes, quel talent!

 
Exemple d'une galette oeuf/jambon/oignons/lardons, un délice accompagnée d'un verre de cidre fermier.

 
 
Au dessert, Albert "s'attaque" au découpage du kouign amann, c'est bon mais compact!

 
 
Mercredi 10 août

Menu: la fin des galettes!
Pour changer du cidre, une syrah d'un domaine très connu du Roussillon, la muntada 1998 du Domaine Gauby. Très beau vin dense et profond, il était très tannique jeune, il a vieilli sans réduction et donne une image sudiste de la syrah.

 
 
jeudi 11 août
Le matin, pendant la visite du marché de Dinan, nous tombons sur un cochon de lait farci, il sera mangé à midi précédé d'un plateau d'huitres de Cancale.




 
Le soir, c'est les enfants Blandine,  Aline et Victor qui ont préparé le repas: pâtes au bleu et crêpes au lait ribot.
Apéritifs (andouillette, melon, rillettes de coquilles Saint-Jacques) accompagnés d'un excellent Limoux haute Vallée de l'Aude.

 
Pour le repas, deux vins très différents, une Côte Rotie Domaine Jamet (c'est la cuvée la plus souple du domaine mais néanmoins délicieuse) suivie d'un Pessac-Léognan bien connu, la Mission Haut-Brion 1994 (ce vin arrive à maturité). Au milieu, le mystérieux lait ribot: il s'agit en fait de petit lait, il accompagnera les crêpes au dessert.

 
 
Divers
Visite au musée du cidre chez le Domaine Prié et fils à Pleudihen-sur-Rance.
Un ancien pressoir à pommes

 
 
Visite d'un pub à Saint-Malo: Guinness is good for you!
 
 
 
Apéritif à la plage: Chardonnay bio
 

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2005 5 08 /07 /juillet /2005 23:00

Avez-vous vu le fim de Jonathan Nossiter: Mondovino?

Voilà un lien vers le site du film

 http://www.mondovino-lefilm.com/entretien.html


Sinon, je vous encourage vivement à le faire, c'est très instructif pour comprendre l'évolution du vin dans le monde.
 L'auteur oppose deux types de vins: ceux faits par des vignerons en symbiose avec leurs terroirs et ceux d'un style international faits par des puissantes compagnies comme Mondaviqui ont peu à peu racheté de prestigieux vignobles un peu partout dans le  monde et dont le style est quasi uniforme. Ce style "blockbuster" est symbolisé par les goûts du célèbre critique Robert Parker et par les vins conseillés par l'oenologue-conseil Michel Rolland. Ce dernier n'a pas apprécié la manière dont le film le présente.

Ce film et les thèses un peu manichéennes qui y sont défendues sont évidemment sujets à débats. Pour exemple, veuillez suivre ce lien pour avoir l'opinion de Hervé Bizeul ex-journaliste reconverti avec succèsdans le vin dans le Roussillon.


http://www.winemega.com/mondovino_comm_contre_f.htm

Une autre critique du film:

http://www.dvdcritiques.com/critiques/dvd_visu.aspx?dvd=3078

Le blog de Hervé Bizeul

http://www.closdesfees.com/dotclear/index.php?General

Dans son périple dans les vignobles du monde, le film passe évidemment par la Bourgogne région où le lien entre le terroir et le vin est très fort. Le domaine présenté est le célèbre domaine De Montille à Vonay. C'est l'occassion de présenter un personnage truculent Hubert de Montille.

 

Pour un avis sur le domaine et le style des vins, voilà ce qu'écrit le guide Bettane et Desseauve

"Ce domaine de référence est situé sur les meilleurs crus de Volnay et de Pommard (8 premiers crus) et depuis 1993, sur l'incomparable Caillerets, à Puligny-Montrachet. Le style du domaine est unique en Bourgogne. Détestant les vins alcooleux, Hubert de Montille s'est toujours refusé à chaptaliser au-delà d'un degré et vise 12°-12,5°. Mais il compense ce gabarit léger par une forece tannique. Grâce à de longues macérations, il obtient des vins d'une robe étonnante et d'une assise tannique sans pareille. Ils vieillissent sur plusieurs décennies; Les derniers millésimes vinifiés par Etienne, fils d'Hubert, montrent un assouplissement bienvenu des tanins plus civilisés que naguère, sans aucun affadissement de l'expression du terroir."

Je voudrais faire référence à une scène du film où l'on voit Etienne De Montille, stressé par les vendanges, vitupérer contre ses vendangeurs dans la parcelle du Puligny Les Caillerets en leur reprochant de ne pas avoir ramassé tous les raisins. C'est évidemment le cru le plus cher du domaine et connaissant les petits rendements du domaine, on imagine que le propriétaire n'a pas envie de perdre des bouteilles potentielles. Justement que vaut le Puligny Les Caillerets du domaine De Montille? Voilà la bouteille:


 

Sur le millésime  1997: devant des grands bourgognes blancs tels que celui-ci, on est ébloui par la complexité des arômes et la richesse de la bouche. Ici en plus des traditionnels arômes de pain grillé, on a des notes plus complexes d'herbes sèches et de sucre d'orgeat, la finale est très longue.

Au fait savez-vous où est situé le premier cru Le Caillerets à Puligny? Juste à côté du Chevalier Montrachet et du Montrachet. 

 

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2005 5 08 /07 /juillet /2005 23:00

Dégustation du 8/7/05 chez Laurent qui nous propose comme thème les rosés de table (dégustation à l'aveugle).

 

1er vin

Couleur ambrée! nez manquant de netteté avec des notes de tilleuils, de fleurs d'orangers. Bouche très nerveuse mais courte. Un vin vieux (trop?) non trouvé.

La solution: gris de Toul 1989, un rosé de Lorraine à base de cépage gamay

 

2e vin

Couleur rubis clair. Joli nez de fraise des bois, bouche plaisante finissant sur des notes de bonbons anglais. Très bon. On pense à un rosé de gamay ou de pinot.

La solution: Rosé des Riceys 1999 Domaine Horiot Père et Fils

 

3evin

Couleur vieil or! Dans son souvenir, Laurent pensait que ce vin était rosé, en fait c'est un blanc donc c'est le vin pirate de la dégustation.

Robe trouble notant un vin non filtré, nez oxydatif avec du beurre, de la pomme au four. Bouche grasse avec de la nervosité mais toujours des notes oxydatives. Vin introuvable.

La solution: The Picrate 1997 Eric Callcut. On peut lire sur l'étiquette: "ce vin a été déclassé de son AOC pour raison d'atypicité" Et pour cause: il s'agit d'un blanc de noirs à base de Cabernet-Sauvignon. Plutôt atypique pour un vin de loire!

 

4evin

Robe orange, nez capiteux de VDN avec des notes ranciotées évoluant vers de la gelée de coing à l'aération. Bouche puissante avec un rappel vers les arômes du nez, très agréable. On pense à un tavel 1996 (la connaissance de la cave de Laurent nous aide en la circonstance).

La solution: Tavel Château de Manissy 1996 tête de cuvée

 

Quelques images de bouteilles


Le Rosé des riceys



Partager cet article
Repost0
24 juin 2005 5 24 /06 /juin /2005 23:00

Samedi 4 juin 2005

chez Josiane et Bernard


Nous voilà de nouveau réunis pour un repas convivial arrosé de nos meilleurs vins. Pas d'images en direct hélas car la carte mémoire a connu une défaillance rendant illisible les images prises au cours de la soirée. Entrons tout de suite dans le vif du sujet avec le menu et les vins.

 


Commentaires sur les vins


Champagnes


1) Cuvée Nicole Montcuit 1988


C'est un blanc de blanc  du Mesnil-sur-Oger. Robe or paille, nez de raisins secs, bouche riche et nette, longue finale saline et minérale.


2) Substance Jacques Selosse


C'est un Avize, issu de vins de réserves où chaque millésime ancien "éduque" les plus jeunes dans l'esprit des Solera de Jerez, élevage en fûts de chênes. Robe or clair, nez brioché et des notes d'agrumes, bouche avec beaucoup de gras mais aussi de la nervosité. C'est grand avec un côté naturel très proche du raisin.


Blancs


3) Berg Schlossberg Georg Breuer 1999

C'est un riesling allemand sur un terroir exceptionnel équivalent à un grand cru alsacien. Georg Breuer, un des meilleurs vignerons allemands, est malheureusement décédé.

Robe or pâle, nez minéral fumé typique des rieslings, bouche en contraste ronde et grasse avec en finale la touche fumée (empyreumatique) qui rappèlle le nez.


4) Aube des temps 1990
 


C'est un vin de Pays d'Oc (le propriétaire est aussi décédé) issu de 100% marsanne avec un rendement de 11hl/ha. Carafage de 12 heures!

Couleur vieil or, nez oxydatif, cela ressemble à un  liquoreux, pourtant en bouche c'est parfaitement sec, la longueur est moyenne. J'avoue que ce style ne m'emballe guère, un vin un peu extraterrestre.
 
 

Rouges


5) Chambolle Charmes Ponsot 1995

Robe rubis opaque, vin non filtré, nez subtil de petits fruits rouges, bouche tout en délicatesse finissant sur des notes framboisées. Un Bourgogne classique alliant fraicheur et finesse. 


6) Pommard Charmots Denis Carré 1995

Robe rubis un peu plus sombre que le vin de Ponsot. Nez discret, en bouche les tanins sont encore présents, le vin reste sur le réserve. A attendre ou vendange pas assez mûre?


7) Nuits Les Vaucrains Dom. Laurent 1995

Un des meilleurs et des plus célèbres climats de Nuits.

Robe rubis sombre, le nez part sur des notes exotiques avec un mélange de fruits et d'épices. Grande longueur en bouche avec de petites notes de musc. Un grand Bourgogne.


8) Haut Marbuzet 1994 Saint-Estèphe

Sur un millésime peu réputé, ce grand classique de Bordeaux ne déçoit pas et propose un vin relativement concentré avec des tanins maintenant fondus, à point et très bon.


Liquoreux


9) Côteaux du Layon Carbonifera Philippe Delesvaux 
 

C'est un SGN de 2900 bouteilles seulement, "carbonifera" fait référence au terroir.

Extrême richesse de la matière avec un équilibre inouï entre la richesse en sucre et l'acidité, finale en queue de paon sur l'abricot confit.

 

Quelques images des bouteilles


Les 2 Champagnes


Les Blancs

 

 

Les Rouges

 

Pour faire le sorbet au Layon, il ne faut pas prendre un mauvais vin. On a choisi la cuvée de base de Philippe Delesvaux.

 

Partager cet article
Repost0
31 mai 2005 2 31 /05 /mai /2005 23:00

Introduction


Le millésime 1996  a été globalement bien acceuilli à sa sortie. Mais c'est surtout parce que c'était une belle réussite à Bordeaux surtout dans le médoc. Cette dédustation propose de vérifier le vieillissement des vins de ce millésime. La revue n'est pas aussi complète que prévue car deux dégustatuers ont manqué le rendez-vous. cet article pourra être complété au fur et à mesure que d'autres vins du millésime seront dégustés.

 

Compte-rendu du 13 mai 2005 par Eric


Dégustation à l'aveugle sur le thème millésime 1996


Vin 1
: blanc (couleur trouvée par les dégustateurs) robe jaune claire pâle pas d'accord sur la couleur,  un dégustateur trouvait que cela tirait sur de la paille. Le nez: note citronée, de la fraicheur  et d'après JCM des notes beurrées  bof ! Je ne citerai pas les premières
estimations avancées pour le cépage  par le spécialiste du blanc ! mais c'était pas terrible ! Enfin le vin etait un bourgogne simple de Verget avec 15 mois d'élevage


Vin 2
: rouge (couleur également trouvée top fort !) tannique, robe soutenue pas trop evoluée pour l'année belle maturité de fruit ce qui a fait partir les dégustateurs sur de la syrah, des notes herbacées sont trouvées (pas tellement d'accord).  La fin de bouche est riche avec une belle longueur . Une fois le cépage cité, ils ont annoncé fièrement  Volnay de Lafarge de là à penser que c'était influencé par la connaissance de ma cave !


Vin 3
: robe plus soutenue, jolie nez de cassis, framboise avec beaucoup de délicatesse. En bouche la framboise prédomine avec des tannins encore présents. Le dégustateur de Cugnaux annonce pinot, de là commence un débat avec le Tournefeuillais qui annonce avec ce fruit c'est surement un mourvèdre du Sud ! Et là catastrophe JCM annonce que ce n'est pas un ni un vin du sud ni un pinot ! Nous repartons dans le verre, perplexe et enfin nous
arrivons a dégager une légère pointe d'amertume qui nous oriente vers le cabernet-franc  = Foucault Le bourg Saumur-Champigny

Conclusion: nous avons ete particulèrement mauvais, il est vrai que nous étions sans les ténors des dégustations à l'aveugle !

Mon commentaire: ce compte-rendu illustre la difficulté des dégustations à l'aveugle.Ma modestie et quelques bourdes légendaires dans les dégustations précédentes ne me permettent pas de donner des leçons aux valeureux dégustateurs du 13 mars!


Le Volnay Clos des Chênes de Lafarge


Partager cet article
Repost0

  • : degustateurs du 31
  • : Les dégustations de vins et les repas d'un groupe d'amis amateurs de vins de la région toulousaine.
  • Contact

Recherche

Articles Récents