750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2005 3 07 /12 /décembre /2005 16:03

Repas dégustation du 4 décembre 2005 chez Valérie et Eric

 


Menu du 4 Décembre 2005


Introduction

Velouté de potirons parsemé de girolles et lardons sous une  chantilly salée 

Flan aux crabes

Agneau à la romaine

Purée de pommes de terre de grand-mère  

Plateau de fromages

Tarte d’amandine

Coupelle de brick

 

 

Les vins


Champagne Drappier brut non dosé

Robe légèrement rosé. Nez sur des petits fruits rouges. Un cordon très fin avec des bulles peu nombreuses et une bouche corsée, un champagne de table mais qui poasse aussi très bien à l’apéritif. Une révélation.

 

Ruster ausbruch Mantlherof 1983 (vin autrichien)

Robe vieil or. Nez complexe : encaustique, cire, orange amère. Bouche sans concentration excessive avec une nervosité rafraîchissante, des arômes de d’orange amère et de litchi. Sur des vieux liquoreux comme celui-ci, la sensation de sucrosité s’estompe.

 

Vin jaune Château d’Arlay 1996

Robe dorée, nez classique sur la noix verte. Bouche marquée par une acidité assez présente et une bonne longueur avec une finale sur la noix. On peut lui reprocher un certain manque de gras et de complexité.

 

Château La Tour Martillac 1996 Pessac-Leognan blanc

Robe dorée claire. Nez fumé avec une touche iodée. Bouche bien équilibrée entre gras et vivacité, en bouche des arômes de poire verte ou carambole. Excellent accord avec le flan aux crabes.

 

Gevrey La Combe aux Moines 1990 Philippe Leclerc

Un étiquette baroque qu’on verrait volontiers imprimé sur le blouson de cuir d’un Hell’s Angel faisant la nationale 66 avec sa Harley.

Robe grenat avec une frange orangée. Nez présentant une légère réduction puis s’épurant sur un registre de cuir. Bouche avec un caractère terrien typique des vins de Gevrey, une certaine rusticité de bon aloi. Le vin a encore de la réserve et des tanins, il est nettement plus convainquant que le Cazetier 1988 dégusté précédemment.

 

Châteauneuf du Pape Château Rayas 1995

Le dernier millésime vinifié par Jacques Reynaud !

Robe grenat profond, nez framboisé et minéral. En bouche un vin admirable qui réussit l’alliance entre concentration et finesse. Il ira très loin.

 

Pauillac Château Lynch Bages 1990

Robe grenat très foncé. Nez de poivron grillé, de tabac classique du bordelais. Bouche concentrée et puissante, grande longueur mais n’atteint pas le niveau de Montrose 1990.

 

Clos de la Roche vieilles vignes 1995 Domaine Ponsot

Robe rubis, nez sur la cerise à l’eau de vie avec des notes épicées. Bouche fine et moelleuse mais retenue et délivrant peu d’arômes. Un vin qu’on a du mal à comprendre. Les vins du domaine Ponsot ne « sortent » pas trop dans nos dégustations.

 

Tannat vintage Maydie Domaine d’Aydie 2002

Une curiosité, du tannat vintage. Nez puissant sur la mûre fraîche, bouche moelleuse sur ce fruit noir avec une grande longueur. Une belle réussite.



 

Pour finir, Laurent nous a fait le plaisir de nous relire son poème.


Que ce soit pour du rouge, que ce soit pour du blanc,

Que ce soit très tannique, moelleux ou pétillant,

Que ce soit pour goûter aux plaisirs de la table,

Que ce soit pour un trou tout à fait délectable,

Que ce soit dans le plus grand des recueillements,

Que ce soit pour la joie et le contentement,

Depuis dix ans déjà nous nous réunissons

Afin de nous pencher sur ce que nous buvons.

Combien de vins ensemble avons nous dégustés,

Je ne puis être sûr de pouvoir les compter.

Maintes dégustations avec thèmes nous fîmes

Qui de notre ignorance firent découvrir l’abîme.

Celle de Châteauneuf prit l’allure d’un drame

Car dans maintes erreurs, nous nous précipitâmes.

Bourgogne fut clamé, trouvant même un Ponsot

La suite montra que nous n’étions que des sots.

Mais laissons cela et tentons de décrire

Quels traits saillants de nous peuvent faire sourire.

Certains de la Syrah perçoivent les effluves

Repèrent le Mourvèdre dans le verre ou la cuve,

Mais s’esclaffent tout haut des nobles tanins zans

Qui dans les vins racés sont chaque fois présents.

D’aucuns en montagne hissent leurs beaux flacons

Et comparent leur ivresse avec celle des monts.

Leur science pour le vin est fort développée

Et pour les deviner nous a souvent trompés.

Il en est qui se plaignent du bouquet alcooleux

Qu’ils trouvent tout le temps dans les vins jeunes ou vieux

Mais si pour une fête, il faut honneur qu’on fasse,

L’alcool est oublié et leur cave trépasse.

D’autres pour les moelleux ont quelques aversions

Car le sucre est pour eux comme une régression.

Le rouge et lui seul trouve grâce à leurs yeux

Si toutefois son prix est assez onéreux.

Quelques grincheux grimacent de souvent percevoir

Un boisé trop présent, une réduction notoire

Et dans tout ce qu’ils goûtent ne peuvent s’empêcher

De trouver quelque chose qui va bien les fâcher.

Si l’un de vous messieurs ne s’est point reconnu

Les autres j’en suis sûr lui ouvriront la vue.

Maintenant il est temps de cesser tout discours

Car nous avons à faire durant ces quelques jours.

Levons donc nos verres, et pour dix ans encore,

Aux vins de toutes sortes, consacrons nos efforts.

 

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2005 1 28 /11 /novembre /2005 13:33

Retour sur 10 années de dégustation


Retour sur ce week-end de dégustation mémorable avec les photos prises par Eric et le texte en alexandrin écrit par Laurent.

 


Le champagne Salon remplit les flûtes

 

 

La Richemone et La Tâche


 


Avalanche de grandes bouteilles


 

La déclaration de Laurent en alexandrins

  

 

 

Dégustation: trois Languedoc et un Baux-de-Provence


Le thème: 3 vins du même région et un pirate, deux vins d'un même propriétaire


Vin n°1

Robe grenat évolué, nez avec du fruit, bouche très tannique marquée par du fruit confituré


Vin n°2

Robe très sombre grenat foncé.

Légère réduction à l'ouverture disparaissant à l'aération vers un beau fruit. Bouche moelleuse avec une belle longueur trahissant un raisin d'une très grande maturité. Arômes très plaisants avec des notes de cassis. Le vin a gardé une acidité qui lui donne de la fraicheur. Certains dégustateurs craignent toutefois que le côté surmûr avec ses arômes insistants finissent par lasser.


Vin n°3

Robe grenat peu évolué. Nez s'ouvrant vers du fruit et des épices mais la bouche reste tannique avec des arômes de type VDN en final.


Vin n°4

Robe grenat, nez framboisé, touches végétales de rhubarbe, bouche restant fraiche avec une texture plutôt aérienne. Un vin équilibré, long et subtil.


Les réflexions des dégustateurs

Les vins 1, 2 et 3 semblent de type sudiste et plutôt Languedoc-Roussillon.

Les vins 1 et 3 semblent du même propriétaire avec ce côté tannique.

Le vin n°4 perturbe les dégustateurs avec un nez qui pourrait par certains côtés rappeler le cépage cabernet et cette texture fine les vins de Loire.


La solution


Vin n°1

Mas Jullien Côteaux du Languedoc 1999

Encépagement complexe grenache, syrah, carignan, etc...

propriétaire Olivier Jullien


Vin n°2

La Grange des Pères 1999 Vin de Pays de l'Hérault

Encépagement: principalement syrah mourvèdre

Propriétaire Laurent Vaillé à Aniane


Vin n°3

Mas Jullien 1998


Vin n°4

Domaine de Trévallon 1999 Vin de Pays des Bouches-du-Rhône

Exclu de l'appellation Baux-de-Provence à cause de son encépagement 50% cabernet-sauvignon, 50% syrah

Propriétaire Eloi Dürrbach à Saint-Etienne-du-Grès


Conclusion


Confirmation de la qualité de deux grands vins La Grange des Pères et le domaine de Trévallon. Pour le Mas jullien, le vin semble en retrait par rapport aux productions précédentes d'Olivier Jullien notamment l'ancienne  cuvée des Cailloutis. Le fait de ne plus faire de sélection et de ne produire plus qu'une seule cuvée donne au vin un caractère un peu rustique.



 


Que ce soit pour du rouge, que ce soit pour du blanc,

Que ce soit très tannique, moelleux ou pétillant,

Que ce soit pour goûter aux plaisirs de la table,

Que ce soit pour un trou tout à fait délectable,

Que ce soit dans le plus grand des recueillements,

Que ce soit pour la joie et le contentement,

Depuis dix ans déjà nous nous réunissons

Afin de nous pencher sur ce que nous buvons.

Combien de vins ensemble avons nous dégustés,

Je ne puis être sûr de pouvoir les compter.

Maintes dégustations avec thèmes nous fîmes

Qui de notre ignorance firent découvrir l’abîme.

Celle de Châteauneuf prit l’allure d’un drame

Car dans maintes erreurs, nous nous précipitâmes.

Bourgogne fut clamé, trouvant même un Ponsot

La suite montra que nous n’étions que des sots.

Mais laissons cela et tentons de décrire

Quels traits saillants de nous peuvent faire sourire.

Certains de la Syrah perçoivent les effluves

Repèrent le Mourvèdre dans le verre ou la cuve,

Mais s’esclaffent tout haut des nobles tanins zans

Qui dans les vins racés sont chaque fois présents.

D’aucuns en montagne hissent leurs beaux flacons

Et comparent leur ivresse avec celle des monts.

Leur science pour le vin est fort développée

Et pour les deviner nous a souvent trompés.

Il en est qui se plaignent du bouquet alcooleux

Qu’ils trouvent tout le temps dans les vins jeunes ou vieux

Mais si pour une fête, il faut honneur qu’on fasse,

L’alcool est oublié et leur cave trépasse.

D’autres pour les moelleux ont quelques aversions

Car le sucre est pour eux comme une régression.

Le rouge et lui seul trouve grâce à leurs yeux

Si toutefois son prix est assez onéreux.

Quelques grincheux grimacent de souvent percevoir

Un boisé trop présent, une réduction notoire

Et dans tout ce qu’ils goûtent ne peuvent s’empêcher

De trouver quelque chose qui va bien les fâcher.

Si l’un de vous messieurs ne s’est point reconnu

Les autres j’en suis sûr lui ouvriront la vue.

Maintenant il est temps de cesser tout discours

Car nous avons à faire durant ces quelques jours.

Levons donc nos verres, et pour dix ans encore,

Aux vins de toutes sortes, consacrons nos efforts.



Après la dégustation d'anniversaire, nous reprenons notre cycle "normal" avec une dégustation à l'aveugle chez Hervé le 18 novembre 2005

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2005 6 12 /11 /novembre /2005 00:00

 anniversaire: 10 années de dégustation!


Pour fêter dix années de dégustation, nous avons organisé un week-end au Pays Basque. Au programme de très belles bouteilles agées d'au moins de 10 ans et pour certaines de beaucoup plus!

Notre hébergement était situé sur la commune de Bidarray. Il s'agit d'une maison basque divisé en deux gîtes communiquant entre eux avec un panorama magnifique sur les vertes montagnes. Le GR10 passe au pied de la maison.

Un peu de publicité pour le propriétaire: http://www.urrizate.com/

Le temps pour ce week-end de Toussaint: du foehn et des températures presque trop chaudes (pour le vin!)


Le cadre grandiose



Le gîte côté pile avec sur le parking la très classieuse BMW rouge.




Le gîte côté face est identique mais en plus il y a une grande terrasse abritée.


 

Menu du samedi soir


Saint-Jacques poêlées

Gigot d'agneau avec pois gourmands et haricots cocos

Crumble aux pommes, cake au chocolat


Les vins

 

Champagne N°1: Doquet-Jeanmaire 1 er cru Vertus 1970

http://www.champagne-doquet-jeanmaire.com/

Un vin très vieux mais qui a conservé son tout son nerf. Arômes originaux de vieux rhum , grande persistance. C'est exceptionnel de pouvoir déguster un champagne aussi agé!


Champagne N°2: Bollinger Grande Année 1990


Nez de petits fruits rouges, groseille. Un champagne à caractère vineux; dégusté régulièrement depuis plusieurs années (en raison d'un stock constitué à prix très intéressant), il semble s'améliorer en vieillissant.


Blanc N°1: Montrachet Domaine Jacques Prieur 1990

http://www.rodet.com/uk/npprieur.html

Nez de pain grillé, raisins secs, citron. Bouche très ample, finale sur des notes de fleur de vigne. Ce vin déjà dégusté 5 ans en arrière a évolué vers une plus grande minéralité.


Blanc N°2: Meursault Perrières Comte Lafon 1989


Nez très complexe à dominante florale; la bouche est un peu moins puissante que le Montrachet mais plus longue et racée avec une belle rétro-olfaction.


Rouge N°1: Charmes Chambertin Domaine Leroy 1964


Nez de fraises des bois avec une nuance musquée et épicée de noix de muscade; un vin en dentelle mais qui imprègne la bouche, l'honneur de la Bourgogne!

http://www.domaineleroy.com/


Rouge n°2: Châteauneuf du Pape Château Rayas 1989


Nez très fin laurier, olive, fond minéral. Bouche d'une très grande élégancesur des notes de garrigue. Un très grand vin.


Rouge n°3: Côte-Rotie Jamet Côte-Brune 1989


Nez de tapenade, tabac, violette. On retrouve cette très grande complexité en bouche. Quelle personnalité, quelle race!


Rouge n°4: Clos de la Roche Domaine Hubert Lignier 1992


Hervé avait ramené ce vin de son premier voyage en Bourgogne, il avait bataillé ferme pour « rentrer » comme client dans ce domaine réputé. On boit ce vin avec émotion en pensant au drame qui a endeuillé la famille Lignier. C'est un Clos de la Roche intra-muros comme il se doit!

Nez de grande classe mêlant du fruit rouge et des épices, bouche d'une belle texture avec des tanins très fins et fondus.


Rouge n°5 Gevrey les Cazetiers Philippe Leclerc 1988


Une bouteille originale pour un Bourgogne comme le look du propriétaire.

Vin un peu fuyant et sur le déclin par rapport aux précédents. Les dégustateurs commencent sérieusement à fatiguer.





Pour finir cette soirée mémorable et pour digérer, Jean-Claude nous avait amené une bouteile de Chartreuse VEP (vieillissement exceptionnellement prolongé).

L'ouverture a été difficile.



Hum, ca semble sentir très bon!

 


La couleur est magnifique


En bouche c'est un festival d'herbes aromatiques, on en oublie le caractère un peu sirupeux, la finale est d'une persistance hors du commun.

 

 

Dimanche midi


Salade

Saucisses et échines de porc au barbecue, ratatouille

Gâteau "Le Russe"


Les vins

 

Jurançon Bousquet 1970

Magnifique robe ambrée de cognac, nez de fruits secs, de miel. Le vieillissement a atténué la sensation de sucre résiduel, belle acidité. On note une petite touche oxydative qui participe à la complexité du vin.


Mas Jullien Côteaux-du-Languedoc 1995

Problème de bouchon, le vin apparaît amaigri et déstructuré.


Côte du Rhône les Violettes

Une cuvée de syrah avec un peu de viogner

Un vin souple et parfumé mais qui n'a pas son éclat habituel.


Mazis Chambertin Dominique Laurent 1995

Nez magnifique éclatant de fruits rouges et de sous-boisL La bouche est grasse et d'une texture très suave. C'est un Mazis cuvée « A » en général plus souple que la cuvée « B ».



 

Dimanche soir


Jambon sec espagnol pata negra bellota affinage 36 mois (pour des renseignements sur ce jambon exceptionnel, aller sur ce sîte
http://www.lahojadelcarrasco.com/

Cake de saumon, pain de saumon

Boeuf bourguignon, pommes de terre

Gâteau au fromage blanc  avec sirop d'érable

Les vins

Champagne Salon 1988

Un cordon très fin dans le verre, un champagne qui allie finesse et puissance avec des parfums de mie de pain, de fruits secs, de rhum.


Sauternes Château d'Yquem 1988

Une robe dorée très jeune. Un nez explosif d'abricots, zest d'orange, miel, cire d'abeille. Une bouche de velours, très longue avec une touche minérale; pas de lourdeur malgré la concentration. A la hauteur de sa réputation!


Corton Charlemagne 1992 Antonin Guyon

Nez d'agrumes, ananas. Bouche souple et raffinée mais qui semble manquer un peu de puissance pour ce beau millésime.


Nuits La Richemone 1990 Pernin Rossin

Robe grenat très foncé pour un bourgogne. Le nez présente au premier abord un peu de réduction puis part à l'aération vers de subtiles notes de cassis. La bouche est dense avec des tanins assouplis délivrant des notes de framboise et d'épices. Un très beau vin avec encore de la réserve.


La Tache 1989 Domaine de La Romanée Conti

Est-il possible de rester objectif quand on déguste un vin de ce domaine légendaire qui fait rêver tous les amateurs de Bourgogne?

La robe est rubis, le nez est discret sur les épices. La bouche est dense toujours sur des nuances florales (aubépine) et d'épices avec une acidité assez présente en finale qui lui donne du tonus et de la longueur. Cependant c'est sur une relative déception car le vin reste sur sa réserve et n'exprime pas tout son potentiel. Il aurait peut-être fallu le carafer longuement.


Saint-Estèphe Château Montrose 1990

Robe noire opaque, très beau nez de poivron grillé, de tabac et d'épices. Bouche d'une densité monumentale exprimant la gande maturité du cabernet sauvignon. Un vin noté 100/100 par Robert Parker en primeur et qui confirme donc le jugement du gourou américain.


 


Lundi midi


Foie gras de canard

Cuisse de poulets avec tous les restes!


Les vins


Au niveau des vins, il s'est bu nettement moins de bouteilles dimanche soir que la veille. Que faire avec les bouteilles en trop?

Finalement, nous décidons d'ouvrir le Vosne Romanée Genevrières 1995 de Leroy.

C'est un vin de très grande classe à la hauteur d'un grand cru avec des ces notes typiques de Vosne d'épices et de fruits mais beaucoup plus expressive que dans la bouteille de La Tache. Un vin qui clôt magistralement ce week-end de dégustation.


 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2005 1 17 /10 /octobre /2005 23:00

Des truites et du vin

Des truites, oui! Mais pas n'importe lesquelles. On ne s'intéresse pas ici aux truites de pisciculture nourries avec des granulés mais à des truites sauvages pêchées dans les lacs des Pyrénées.

Pour des précisions sur les lacs des Pyrénées, aller sur ce lien

http://www.lacsdespyrenees.com/

On trouve deux sortes de truites.

La truite arc-en-ciel originaire d'Amérique du Nord et dont une souche a été adaptée et se reproduit dans les lacs des Pyrénées Orientales.

En voici un beau spécimen pris à l'étang du Lanoux 2250m dans les Pyrénées Orientales.

La truite sauvage en europe est la truite fario. Elle s'adapte à des biotopes très différents et notamment dans les lacs de montagne.En voici un spécimen de belle taille pris à l'étang des Peyrisses 2355m dans l'Ariège.

Quand on a des poissons aussi beaux, on peut se permettre de lever les filets ce qui permet une cuisson plus douce et évite de déssècher cette chair si délicate.

Quels vins pour accompagner le repas?

Apéritif: champagne grand cru blanc de noirs Egly-Ouriet

C'est un champagne issu de 100% de pinot noir avec une robe légèrement rosé et d'une grande puissance mais qui n'exclut pas la finesse. 

Vin blanc: Meursault Charmes 1994 Comte Lafon

Le Meursault est mon vin blanc préféré de Bourgogne et peut-être mon vin blanc préféré tout court. Avec ce domaine réputé, on touche au sublime même sur un petit millésime comme 1994. Concentration, longueur, complexité.

Vin rouge: Nuits-Saint-Georges La Richemone 1997 Dom. Laurent

J'ai déjà parlé longuement de ce vin dans le millésime 1993 dans un article précédent.

http://degustateursdu31.over-blog.com/article-872063.html 

Sur ce millésime de grande maturité, la concentration est bien là et les tanins très fins sont encore présents en finale. On n'est pas encore sur le cassis mais sur des notes de venaison mêlées à des parfums de bonbons acidulés. C'est très bon bien sûr.

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2005 4 06 /10 /octobre /2005 23:00

La plus grosse châtaigne du monde

Pendant un week-end dans le Limousin, j'ai trouvé des rosés des prés, des châtaignes, des noix et des pommes.

 

Le nuage de Tchernobyl est-il passé par là? En effet, un châtaigner et un noyer donnaient des fruits d'une taille exceptionnelle.

Regarder la taille de cette châtaigne, presque 5 cm de diamètre! Il s'agit probablement d'une variété de marron, la peau interne ne sépare pas le fruit en plusieurs lobes.

 Pour des infos ou des recettes  sur les châtaignes, aller sur ces liens

http://www.chataigne-de-pays.com/

http://www.pommiers.com/chataignier/chataigne.htm

Bien entendu, beaucoup de bonnes bouteilles ont été bues. Je n'ai pas pris de notes de dégustation. Juste un gros plan sur 2 bouteilles rares.

Volnay Caillerets 1989 Joseph Voillot

Le Volnay Caillerets était le terroir préféré de ce maître vigneron de la côte de Beaune.

 

Châteauneuf-du-Pape 1996 Domaine de la Mordorée

La "Cuvée de la Reine des Bois" n'est produite que dans les grandes années par ce domaine dont la réputation ne cesse de grimper et qui a une petite parcelle sur Châteauneuf-du-Pape.

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2005 2 27 /09 /septembre /2005 23:00

Repas et vins prestigieux

 

24 septembre 2005

Noelle et Jean-Claude nous ont vraiment gâtés avec un superbe repas dont voici le menu:

Entrées

  • Foie gras de canard mi-cuit à la fleur de sel
  • Terrine de poivrons et son coulis
  • Brochette de Saint-Jacques, roquette et kiri 

Plat

  • Veau vert, riz aux pignons, cèpes de fronton

Fromages

  • Comté vieux 27 mois
  • Saint-Nectaire fermier
  • Valençay frais

Desserts

  • Mousse aux trois chocolats
  • Tarte bourdaloue aux poires

Pour les cèpes, Jean-Claude s'est levé très tôt ce samedi matin et est parti en forêt. Le résultat  sur la photo ci-dessous: cèpes de Bordeaux et têtes de nègre. Ils étaient très goûteux, un délice.

 

Les vins

1) Champagne Jacquesson signature 1988

C'est un champagne d'un style très vineux, encore jeune et vigoureux, finissant sur des arômes de fruits secs.

2)Vouvray moelleux Foreau La Réserve 1989

Données techniques 11.5°-150 grammes de sucres résiduels

Un vin qui tapissse la bouche avec une belle acidité. des arômes de coings, de dattes qui ne lassent pas avec un fond de minéralité. 

3)Jurançon moelleux Bousquet 1989 

Robe dorée, nez de pralin classique de Jurançon. Bouche étonnante sur des notes de caramel (aucun bois neuf pourtant dans ce vin), de crême brulée. Une certaine rusticité mais une authenticité qui force le respect, aussi long que le Vouvray. 

4)Pouilly-Fuissé Feret Hors Classe 1989

Nez fumé, bel équilibre en bouche entre le gras et l'acidité, finale noisettée de grande classe. Bon accord entre ce vin et les coquilles Saint-Jacques.

 

5)Bonnes-Mares Dom. Laurent 1994

Nez éblouissant de fruits rouges et d'épices. Bouche suave, un vin complexe et long (production infime 1480 bouteilles). 

6)Côte-Rotie Tardieu-Laurent 1999

Nez de violette, mûre, thé vert. Bouche équilibrée entre tanin et acidité, finale fumée. Un vin superbe, de grande classe. 

 

7)Côte-du-Rhône Fonsalette syrah 1997

Nez complexe de foin, tabac blond, bouche suave reprenant en finale les arômes du nez. une bouteille dégustée à l'aveugle et non trouvée par les dégustateurs. Emmanuel Reynaud a dignement succédé à son oncle.

 

8)Saint-Emilion grand cru Troplong-Mondot 1994

 Nez de sous-bois, champignons, assez agréable mais la bouche est un peu asséchante en finale. Un vin peut-être un peu trop extrait pour le millésime.

 

9)Rivesaltes ambré domaine Cazes

Superbe robe orangée, nez de VDN de grande classe, bouche finissant sur des notes très complexes de rancio.

La classique photo des bouteilles

 

Un gros plan sur deux bouteilles remarquables de cette soirée. Dominique Laurent a encore fait très fort, vous avez compris que j'apprécie particulièrement ses vins.

 

A propos, le nom "Bonnes-Mares" ne vient pas du caractère humide du terroir, ce serait un comble pour un grand cru mais de "bonnes mères", ce terroir ayant appartenu autrefois à un couvent. 

 

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2005 7 18 /09 /septembre /2005 23:00

Une bouteille à Bassiès

Pour la fermeture de la pêche, je suis monté au refuge de Bassiès en Ariège (plus de renseignements sur ce lien http://auzatvicdessos.free.fr/REFBASSI.HTM) et nous avons dégusté cette bouteille

Nuits-Saint-Geoges 1er cru La Richemone 1993 Dominique Laurent

Ce vin provient du domaine Pernin-Rosin et a été élevé  par Dominique Laurent. C'est avec émotion qu'on ouvre une telle bouteille car en 1999, André Pernin, vigneron à Vosne Romanée, a pris sa retraite. Le domaine a été repris par Christophe Perrot-Minot qui a imprimé un style plus moderne. André Pernin suivait plutôt les préceptes du célèbre oenologue Guy Accad adepte des vendanges mûres et des préfermentations à froid.

Je laisse la parole à Dominique Laurent pour parler du terroir et du vin

"Fournisseur exclusif de notre maison en fût et en bouteille depuis plus de 15 ans de la fameuse Richemone, nous avons souvent été ébahis par la splendeur, la longévité et la particularité de ce cru.

Michel Bettane qui le déguste depuis plus de 20 millésimes, se plait à trouver que sur la partie de la vigne appartenant à André Pernin et plus particulièrement à l'emplacement de la très vieille vigne (70-80 ans), le sol et le vin ressemblent et possèdent la même veine que la Tâche...Il faut préciser également qu'André Pernin fut un des premiers "vendanges tard" du village et par là, on peut considérer qu'il avait su garder les habitudes vigneronnes du début du siècle. Le vin vinifié par le Maître, a toujours arboré une robe profonde, des arômes entre autres de cassis et de fleurs sauvages, une longévité de grand cru. Nous avons souvent remarqué que plus la cuvée Richemone était pure vieilles vignes, moins les arômes de cassis dominaient au profit de goûts épicés...En ce qui concerne l'élevage de ce vin, il est exact que nous avons toujours utilisé nos meilleurs fûts neufs et pratiqué l'élevage long de minimum 24 mois qui s'imposait. C'est pendant ces longs mois de cave et de bois que le vin prenait lentement le style de notre maison, soyeux et tendre"

 

Qu'avons-nous constaté en dégustant ce vin?

Des tanins soyeux et un parfum de cassis qui envahit la bouche et revient en réro-olfaction. Mais ce parfum de cassis n'est pas lassant. A l'aération, le vin se complexifie avec des arômes plus épicés. On reste ébloui par la fraicheur de fruit de ce vin pourtant agé de plus de 12 ans et qui ne paraît absolument pas sur le déclin. Un grand vin assurément!

Quelques images prises à Bassiès pour vous donner l'envie de vous y rendre.

A Bassiès, on mange bien et on boit bon aussi: le vin en pichet n'est pas de la piquette mais de l'excellent Fronton de l'estimable domaine Ribes Château Le Roc!  Sur la photo, une fricassée de cèpes d'Ariège est en cours!

 

On est quand même mieux là sous la Pique Rouge de Bassiès qu' à travailler, n'en déplaise à Sarkozy!

Pour paraphraser le groupe Sergent Garcia, "la situation est difficile... mais pourtant j'ai foi dans les yeux de cet enfant..."

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2005 7 11 /09 /septembre /2005 23:00

La rentrée de Jean-Claude

Jean-Claude non plus n'est pas resté inactif pendant cette période estivale. Il a eu la gentillesse de prendre quelques notes de dégustation au cours d'un fameux repas pendant lequel il a sorti de belles bouteilles.

Le menu
Gâteau de courgette avec un coulis de tomate
Foie gras de canard 
Viande axoa (spécialité basque): veau coupé en petits morceaux avec des poivrons, oignons, ail, accompagné de pâtes fraiches (précision: le veau a été acheté chez un boucher réputé du pays basque) .
Fromages: chèvre 3 petits maconnais, Comté vieux affiné 17 mois
Dessert: tarte aux pommes de Nicole et vacherin de Noelle, tout ceci maison bien sûr
Les vins
Apéritif
Vouvray demi sec mousseux du domaine HUET
Champagne blanc de noir EGLY OURIET
Entrée
Saint Aubin 92 1 cru les Champlots de BACHELET
Jurancon  QUINTESSENCE 95 de BRU BACHE
  
Viande
Côteaux-du-Languedoc DAUMAS GASSAC 99  
Clos de vougeot 99 D. LAURENT
Dessert
Côteaux du Layon SGN 97 PATRICK BAUDOUIN
Ruster Ausbruch Pinot 93  FEILER ARTINGER
Digestif
Vieille prune de  LOUIS ROCQUE à Souillac 
Poire williams de la maison WINDHOLTZ à Ribeauville
Commentaires sur les vins
Après une mise en bouche fort sympathique avec le vouvray suivi du champagne EGLY bien vineux sur des notes de fruits rouges, la quintessence de BRU BACHE est très concentrée avec une très bonne acidité, notes de fruits confits.
Le Saint Aubin est décevant (semble dilué).
En revanche le Daumas Gassac est très puissant et jeune.
On change de registre avec le Clos de Vougeot de Dom. Laurent:  les tanins sont  soyeux, le vin délivre des parfums de fruits rouges, fraises et framboises. Le Layon fait la queue de paon  en bouche sur des notes de coing (il a été carafé 5 heures) une véritable gourmandise à deconseiller cependant à ceux qui craignent le sucre comme Hervé.
Le Ruster est égal à lui-même  toujours aussi jeune, très concentré mais tenu par une bonne acidité, notes de cire d'abeille et d' encaustique.
 

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2005 4 08 /09 /septembre /2005 23:00

Cet été, à Marchastel dans l'Aubrac, Eric et Laurent avaient aussi emporté quelques bouteilles qu'ils se sont faits un plaisir de déguster avec leurs épouses Valérie et Nadine.

De gauche à droite, champagne Egly-Ouriet, Savennières Clos de la Bergerie 1994, Mas de Daumas Gassac 1997, Jurançon Bousquet 1999, Côte du Rhone Village Le Clos du Caillou 2000 , Lirac domaine de la Mordorée 2000, à suivre sur la prochaine image...

Et ça continue avec de gauche à droite, Rasteau domaine de la Soumade, Champagne Moncuit brut non dosé 1996, Saumur Champigny domaine du Hureau 1995, Saint-Joseph l'Olivaie domaine Coursodon 1995, Saint-Estèphe Cos Labory 1986, Einswein autrichien Matnherhof 1999.

Les protagonistes très concentrés avant de commencer la dégustation à l'apéritif de l'Einswein autrichien.

Appréciation des vins en reprenant la notation par étoiles de la revue du Vin de France de 1 à 5 étoiles
Champ. Egly Ouriet tradition dégorgé 07/2002 ****
Clos de la Bergerie 94 Savennières ****
Daumas-gassac 1997 excellent ****(*)
Jurancon Bousquet 1999  ***(*)
Le Clos du Caillou 2000 Côte du Rhône Village ****
Lirac Reine des bois 2000 ****
Champagne Moncuit 1996 ****
Saumur Champigny 1995 ch. de Hureau **(*)
St-Joseph Olivaie de Coursodon 1995 *** et ** d'après Laurent
Cos LAbory 1986 St-Estèphe ***(*)
Eiswein 99 de Matnherhof (Autriche) ****(*)

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2005 3 07 /09 /septembre /2005 23:00

Petite dégustation de blancs (2/9/05)

Pour cette rentrée, avec la chaleur qui persiste, une petite dégustation de vins blancs à l'aveugle s'imposait.

Vin n°1

Robe or pâle, nez floral, léger perlant en bouche donnant de la nervosité, fine amertume en fin de bouche. Un vin blanc qu'on identifie comme sudiste mais dont ne reconnait pas le cépage: il s'agit d'un 100 % grenache blanc, l'Anglore Terre d'Ombre 2004 d'un jeune vigneron Eric Pfifferling à Tavel, une découverte d'Eric.

Vin n°2

Robe or pâle, nez peu expressif, bouche  avec de fines notes citronnées et anisées sur un fond minéral. On part sur un chenin vinifié en barrique! Erreur!   Il s'agit d'un Bourgogne: Rully La Pucelle 1er cru La Pucelle 1999 du célèbre domaine Jacquesson.

Vin n°3

Robe plus dorée que les précédents, nez intense de grillé évoluant vers des notes plus complexes à l'aération, bouche tendue et d'une grande concentration avec un côté citronné insistant et des notes plus salines de coquilles d'huitres. On identifie sans problème un bourgogne blanc élevé en barrique mais de quelle appelation? Il s'agit d'un Beaune 1er cru Les Reversées 2000 de Dominique Laurent.

Vin n°4

On passe des vins secs à un vin liquoreux.

Robe vieil or magnifique, nez intense de gelée de coings avec des notes d'hydrocarbure, de cire, d'encaustique. Bouche avec une très grande persistance (8 à 10 caudalies), d'étonnantes notes de réglisse en rétro-olfaction.

Un vin testament d'une  propriété qui a maintenant cessé de produire des vins.

Monbazillac Clos Fontindoule 1989 de G. Cros.

La photos des bouteilles

 
Divers
Dégusté un grenache moelleux non muté issu du célèbre domaine Mas Amiel:
Robe violacée intense et brillante, nez de mure, bouche avec un fruité intense de fruits noirs un peu monolithique cependant.
Admirez la couleur du vin!
 
 
Les bois sont encore secs mais quelques amanites oronges tentent de sortir;

Partager cet article
Repost0

  • : degustateurs du 31
  • : Les dégustations de vins et les repas d'un groupe d'amis amateurs de vins de la région toulousaine.
  • Contact

Recherche

Articles Récents