750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 avril 2007 7 29 /04 /avril /2007 21:38

Le millésime 1997

 

27 avril 2007

  Nous poursuivons notre étude des millésimes par une dégustation à l'aveugle de vins du millésime 1997. Est-ce un effet de la fatigue ou du caractère spécial du millésime avec des vins parfois atypiques, bref nous n'avons pas été très brillant pour reconnaitre les vins.

Côteau champenois Les Riceys 1997 Horiot Père et Fils

Belle robe rubis brillante, nez de bonbons acidulés avec un peu de coriandre. Bouche fraiche soutenue par une acidité vive, le vin termine court. Un vin qui ne vieillira plus.

Chinon Beaumont 1997 Pierre Breton

Le premier nez fait resortir des notes giboyeuses qui disparaissent à l'aération. Ensuite viennent des notes fumées, de fruits compotés, de cuir. La bouche présente un fruit assez persistant avec un léger manque de moelleux en fin de bouche. (nous avons d'abord pensé à un grenache du fait de sa grande maturité).

Bourgueil Les Perrières 1997 Pierre Breton

Un vin du même propriétaire mais d'un tout autre style! Le nez délivre des notes torréfiées de café. La bouche est plus droite que le précédént avec des tanns fins mais plus présents, une finale sur des fruits rouges.

Pommard Epenots 1997 Dom. Laurent

Le vins n'a pas pu être dégusté car mes 3 bouteilles étaient bouchonnées! La faute à des bouchons spongieux qui n'ont pas supporté le vieillissement et irrémédiablement abimé les vins. Je devient de plus en plus partisan du bouchon synthétique.

Pommard  Clos des Epeneaux 1991 Domaine des Epeneaux

http://www.domaine-des-epeneaux.com/

Vous vous demandez pourquoi ce vin figure dans la dégustation. Il s'agit d'une erreur de votre serviteur! Perturbé par les vins bouchonnés précédents, je suis descendu rechercher dans ma cave le Clos des Epeneaux 1997 que j'ai prestement dissimulé aux autres dégustateurs sans m'apercevoir que j'avais pris la bouteille du millésime 1991!

La robe est quasiment la plus sombre des vins de la dégustation. Le nez délivre avec retenue des notes de fruits et d'épices. La bouche est dense, profonde mais avec des tanins encore présents. Regouté le lendemain, le vin s'est révélé plus aromatique.

Partager cet article

Repost0

commentaires