Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 10:50
  Pour ce repas, les grands vins étaient de sortie notamment du côté de la vallée du Rhône et de la Bourgogne. On a de nouveau eu la confirmation du talent de Dominique Laurent pour ces Bourgogne et de JL chave pour ces Hermitage. La fête a été un peu contrariée par deux vins prestigieux bouchonnés qui a fallu remplacer au pied levé mais sans que cela entamme notre bonne humeur. Après coup cependant, on se demande s'il ne faudrait pas abandonner le classique bouchon en liège car malgré toute les précautions prises par les producteurs sur la qualité de leurs bouchons , des accidents regrettables restent possibles.

Le menu

Mises en bouche




Cuisses de grenouille persillées




Capuccino de champignon




Lapin en croûte à la tapenade et aux petits légumes






Plateau de fromage




Mousse au chocolat et à la poire




Cheese-cake citron/chocolat





Les vins

Champagne Deutz 2002 blanc de blancs

Nez brioché, citronné. Bouche délicate et nerveuse mais un peu courte cependant, le dosage est sensible au réchauffement.

Champagne Doquet-Jeanmaire "coeur de terroir" 1998 

La bouche est plus harmonieuse que le précédent avec un raisin plus mûr, le finale est plus nette et longue. Un beau champagne mais inférieure au sublime 1996 du même producteur.

Meursault "vendanges sélectionnées" Michel Lafarge 1993

Belle couleur jaune paille. Le nez délivre des notes citronnées et florales. La bouche est plutôt tonique avec de beaux amers en final. Un vin à son apogée peu typé Meursault par sa tonicité.

Hermitage blanc Jean-Louis Chave 1997

Nez de miel, de fruits secs. Bouche grasse d'une longueur stupéfiante avec en rétro-olfaction de la pomme au four, des fruits secs, du raisin. Grande complexité.
Ce vin a été une révélation pour les dégustateurs de la grandeur des Hemitage blanc. Il les faut les boire soit très jeune, soit les attendre longtemps pour que leur complexité puisse s'exprimer.


Chambertin Clos de Bèze 1999 Dominique Laurent

Nez de frruits rouges mêlées à des notes fumées et terreuses. Bouche onctueuse avec des tanins très délicats, une finale complexe et longue grâce notamment à une subtile note minérale.


Grands-Echezeaux 1999 Dominique Laurent

La robe est un peu moins dense que le vin précédent et le nez plus orienté vers des fruits rouges. La bouche est un peu plus tendue mais est également très complexe avec des notes de roses fanées. Un vieillissement supplémentaire pourrait lui permettre de surpasser le Clos-de-Bèze.

Hermitage rouge Jean-Louis Chave 1997

Le nez est typique par ces notes de tapenade, de moka. En bouche, les tanins sont fins et on reprend des notes de tapenade avec du fruit noir: complexe et long avec ce style si évident et "naturel" de JL Chave.

Côte-Rotie La Landonne  2000 Guigal

Vin hélas bouchonné!

Nuits Saint-Georges La RIchemone v.v. 1999 Dominique Laurent

Cette bouteille ouverte en urgence pour remplacer le vin précédent s'est avérée hélas aussi bouchonnée. Certains dégustateurs trouvent à ce moment là qu'on pousse le bouchon un peu trop loin.

Avertissement: les deux vins suivants n'ont pas été jugés objectivement. Suite aux problème de vins bouchonnés, on a noté un manque de sérieux des dégustateurs et mes notes se révèlent très fragmentaires.

Saint-Joseph "Sensonne" 2001 P. Coursodon

Dégusté trop frais, le nez est peu bavard mais la structure se révèle très fine avec un boisé bien digéré.

Chignin-Bergeron "Charme" 2002 Jean Vuillien et fils

Une vendanges tardives qui a digéré ses sucres résiduelles et qui se présente vive et tonnique. De ce fait, ce vin aurait été plus à l'aise à l'apéritif.







Mise à jour du 31 janvier 2009

Le "grand" vin, ce n'est pas simplement une boison, c'est aussi un contexte culturel et une histoire des hommes dans les vignes et dans les chais.
En dégustant les deux vins suivants, je pensais avec émotion et gratitude à leurs "géniteurs" vignerons


Nuits Saint-Georges La RIchemone v.v. 1999 Dominique Laurent

J'ai ouvert cette bouteille de ma cave pour contrôle suite au problème de bouchon sur la bouteille apportée par Hervé. Le vin a une concentration exceptionnelle digne d'un grand cru. Il développe des notes un peu sauvages, de ronce, d'humus avec un beau fruit sous-jacent. Encore très jeune.
C'est le dernier millésime vinifié par André Pernin-Rosin: cette cuvée de vieilles vignes est issue d'un sol assez proche de celui du grand cru "La Tache". Un vin"testament" qui prouve le talent du vigneron.

Chambolle Les Amoureuses v.v. 2002 Dominique Laurent

Ce vin regorge de parfums, c'est une friandise dont on ne se lasse pas. Les tanins sont suaves mais le vin ne tombe pas dans un style racoleur.
P. Berthaut aujourd'hui décédé savait tirer la quintessence de ces très vieux pinots fins. Grace lui soit rendue!
Merci également à Dominique Laurent pour l'élevage, cette toute petite cuvée était distribuée intégralement aux clients.

Partager cet article

Repost 0

commentaires