Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 août 2017 1 28 /08 /août /2017 10:42

Les Champagnes

 

Champagne Jacquesson cuvée 737:

La robe est doré clair, la bulle fine. Le nez hésite entre agrumes et fruits rouges. La bouche, précise, est bâtie sur un équilibre nerveux ce qui lui donne une finale très nette. Vineux mais tout en finesse. 

Champagne GC Francis Egly 96 dég 12/04/90:

Robe d'un léger doré qui n'accuse pas son âge. Grande complexité au nez, mirabelle, champignons secs, notes rassies, nuance de foin...Bouche au grand déploiement aromatique, corsetée par la tension inhérente au millésime 96 qui finit très longue sur les agrumes et la craie. Un grand Champagne tout simplement.

 

Champagne GC Jacques Selosse Les Carelles dég 26/01/2010:

Le doré de la robe est plus accentué que celui des deux vins précédents. Poire, amande grillée, pâte de coin, agrumes matures... témoignent de la complexité du vin. Malgré sa densité la bouche n'est pas pesante, sa légère tension l'envoie vers une finale très longue où l'on devine la craie. Consistant et racé.

Champagne Krug Grande Cuvée:

Une bouteille dans son étui gardée 20 ans dans une pièce à vivre. On pouvait craindre le pire. La robe est vieil or, la bulle évanescente. Le premier nez manque de netteté, marqué par des arômes de cave humide et de vieux bois. Et puis, par le réchauffement et l’aération dans le verre il déploie un arôme de cacahuète qui évolue vers les fruits secs, le beurre, la noix, l'abricot sec. La bouche, d'une longueur étonnante accuse son âge par un léger manque de chair. Une "résurrection" incroyable !

Champagne Premier Cru Doquet Jeanmaire Cœur de Terroir 2002: 

Jaune pâle "jus de citron". Belle expression de terroir chez ce Champagne où se mêlent la craie, les agrumes, la noisette fraîche. La bouche portée par une bulle fine trace long et délivre des notes florales au réchauffement. Pur et complexe.

 

Les Blancs

 

Pouilly-Fuissé  Domaine Guffens-Heynen cuvée C.C 2008:

Jaune clair avec une nuance dorée dans la masse.Un nez qui fait très jeune où l'on reconnait les agrumes (pamplemousse bien mûr), des notes florales et de "pousses vertes". La nervosité due en partie au millésime tranche dans la maturité du fruit. Surprenant pour ceux qui ne connaîtraient pas le domaine.

Domaine Marcel Deiss Schoenembourg 2004:

Robe dorée avec des nuances orangées. Grande complexité aromatique où l'on ressent une présence terpénique combinée à l'abricot bien mûr, l'orange, puis (eh oui) un arôme plâtreux. Bouche suave et profonde aux sucres fondus dans la structure du vin, peu construite sur l'acidité qui évolue vers la poire au sirop doublée d'une sensation tannique. Richesse et équilibre.

Sauternes Château de Fargues 89: 

L'évolution de la robe ne fait aucun doute: vieil or aux nuances cognac. Le nez déroule l'orange confite, le caramel, les fruits confits, le miel de bruyère, des notes de thé noir...L'attaque en bouche est d'une suavité digne du vin précédent, la liqueur légère est presque fondue. Finale très longue et grande rétro sur l'écorce d'orange et le caramel au beurre salé. La magie des grands Sauternes à maturité.

 

Les rouges

Chinon Clos de L'Echo Crescendo 2001:

Une sélection qui se fait certaines années au cœur du coteau. Rouge sombre marqué de traces d'évolution. Compotée de fruits rouges (groseille/cassis), cuir,  poivron mûr et notes fumées composent le nez. En bouche la maturité du vin se combine avec la fraîcheur ligérienne, longueur et tanins fins sont au rendez-vous. Classique et bien fait.

Saumur Champigny Clos Rougeard 2010: 

La robe n'a rien d'impressionnant : rubis sombre, terne, d'une densité moyenne. Le nez par sa délicatesse et cette impression de fusion des éléments soulève l'enthousiasme; cassis, épices, framboise, nuances végétales (herbes froissées)...La bouche aérienne, légère et intense étonne par la souplesse des tanins soyeux. Un des meilleurs Clos que j'ai pu déguster.

Châteauneuf du Pape  Pignan 99:

Même style de robe avec une frange d'évolution. On est saisi par la complexité aromatique qui se développe à l'aération: noyau, framboise, épices (dominante poivre), plantes aromatiques, fruit (pulpe de raisin), le vin prenant un caractère "oriental" dans ses arômes qui rappelle furieusement le Rayas du même millésime. La bouche en cohérence avec le nez joue sur la finesse ( légère, déliée, grain des tanins)  plus que sur la puissance. La finale est longue et fondante. Parenté de style avec Rayas avec moins d'intensité.  

Château La Lagune 88 en Jéroboam:       

La robe montre beaucoup d'évolution (reflets orangés tirant vers le brun), le nez des arômes ténus de poivron, pruneau, champignon. La bouche fuyante à l'acidité présente témoigne d'une apogée dépassée. On attendait mieux pour un vin en grand contenant sur une belle année.

Châteauneuf du Pape La Font du Loup 2007:

Rubis sombre. Un nez qui ne manque pas de charme sur la fraise, le cuir, les épices, les herbes provençales. Bouche légère, beau développement aromatique sur les fruits et les épices, finale de bonne longueur où les tanins se font oublier. La souplesse du vin fait penser à une cuvée élaborée sur des sables. (confirmé renseignement pris)


Griotte-Chambertin 90 Dominique Laurent:

Robe rubis terne aux reflets briques. Grand nez qui se complexifie à l'aération, des fruits (framboise, cassis, cerise), des notes terriennes (sous bois), des épices, "dynamisés" par un élevage qui "n'assaisonne" pas le vin mais participe d'une plus grande complexité aromatique. D'un superbe toucher de bouche il se déploie tant en intensité qu'en longueur. Les tanins affinés conservent toutefois une légère tension (pointe d'amertume). grandiose!

Vins août 2017
Vins août 2017
Vins août 2017
Vins août 2017

Partager cet article

Repost 0
Published by guionie - dans vin et gastronomie
commenter cet article

commentaires