Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 13:30
Petit Cuyalaà 89

Petit Cuyalaà 89

Bien que le temps ne fut pas de la partie, ce mois d'août 2014 a été l'occasion de mettre quelques vins "à l'épreuve". On peut même dire, avec un brin de provocation, que les conditions de température étaient excellentes pour la dégustation .

   

Deux champagnes G.C en lice: Cramant et Le Mesnil, tous deux en vieilles vignes, mais sur des millésimes différents.

Lilbert 2000: 

Une robe dorée qui ne doit rien à un élévage en fût. Le vin est gras mais tendu, long, sur les agrûmes et la craie. 

Cuvée Nicole Moncuit 2002:

La robe est moins soutenue mais le vin manifeste plus de richesse en bouche. Un style plus enrobé que le précédent, égal à lui même avec ses arômes de raisins secs et de craie.

Un premier cru:

"Les vignes de Vrigny" Egly-ouriet:

Robe légèrement teintée. Le nez se montre discret (agrumes, touches ranciotées). La bouche faiblement dosée est dynamique, elle prend de la longueur et des notes de fruits secs au réchauffement.    

 

Six blancs, trois secs et trois liquoreux:

Coulée de Serrant 97:(carafé et remis en bouteille 2h)

Un vin parfois difficile à saisir mais magnifique ce jour là.

Jaune paille avec des reflets dorés.Le nez très changeant, (terpènes, coing, épices...) a quelque chose de "sauvage" dans son expression. La bouche ne déçoit pas, riche et très longue: un vin qui a la "gueule de l'endroit".

St Romain C. Giroud 2000:

La robe d'un jaune paille clair fait assez jeune. Le nez se montre discret: on perçoit des notes fugaces de grillé et de cassis(?)

La bouche est plus expressive; il y a du gras dans ce vin qui finit très sec avec une belle rémanence.

Vouvray sec Foreau 2004:

La robe claire se teinte de nuances pailles. Grande présence du terroir tant au nez,(iode,tourbe) que de la bouche nerveuse, longiligne et saline.

Jurançon clos Guirouilh Petit Cuyalaà 89:

Une sélection de raisins presque secs à tout petit rendement sur un côteau plein sud. 

Superbe robe tirant vers le Cognac qui semble attirer la lumière. Et quel nez! d'une complexité inouie (miel, truffe, fruits confits, pralin, orange, caramel...), arômes que l'on retrouve dans une bouche grasse dont la richesse est corsetée par une acidité de haut vol.

Muscat Beaumes de venise:

Domaine des Bernardins cuvée "Hommage":

Etonnante robe dorée qui tire sur l'orangé.Cet assemblage de plusieurs vieux millésimes est d'une incroyable complexité aromatique: orange amère, mandarine, figue, fruits confits, nuances terpéniques...La bouche, longue et fraîche a perdu toute trace de mutage.

Sauternes Château Raymond Lafon 1982: 

Encore une robe qui séduit par son vieil or éclatant. Nez typique de vieux sauternes qui combine les fruits (l'abricot sec, l'orange confite), la cire, le miel, une nuance de quinquina. La bouche, extrêmement longue est d'une grande suavité.

 

Six rouges pour finir:

Châteauneuf du Pape Tardieu Laurent 98:

Carafé 2h 30. La robe sombre montre peu d'évolution malgré l'âge du vin. Le nez campe sur les fruits noirs, le cuir, les épices.La bouche, d'une grande richesse, n'accuse aucun déséquilibre et finit sur des tanins énergiques.

Château de Fonsalette 85:

D'entrée de jeu la robe surprend pour un vin de cet âge: sombre, opaque avec peu de traces d'évolution. Le nez n'explose pas mais développe un fondu d'arômes, mélange d'humus, de fruits compotés, d'épices. La bouche, longue, délivre encore une légère sensation tannique. 

Clos des Papes 80:

Ici la teinte accuse son âge par les reflets brunâtres présents dans la masse du vin. Bouquet typique de  vieux vin de grenache (ici dominant dans l'assemblage), civette, cuir, épices, mais aussi une pointe de réglisse et de goudron (cité par un convive). Bouche légère qui conserve de la tenue finissant sur des tanins patinés.

Domaine Vignau La Juscle "La Fontaine du Chat" 2007:

Connu par certains pour son extrordinaire jurançon V.T, ce domaine élabore en petites quantités un rouge à base de merlot et syrah.

La robe rubis clair se montre évoluée. Le nez est surprenant par son intensité aromatique et son évolution: cassis très, (trop!) présent, puis évolution vers la feuille de cassis, groseille, réglisse, guimauve, poivre...et une odeur qui rappelle celle du chat! La bouche finit court mais revient très fort en retrolfaction. Il est à point mais commence à faiblir sur le dernier verre.

Clos Rougeard Les Poyeux 95:  (carafé 2h 30)

Teinte rubis sombre aux reflets orangés. C'est encore un vin très évolutif dans le verre: fruits rouges, truffe, notes viandées, poivron confit ...Long en bouche, il délivre toutefois la sensation d'un tannin encore rigide.

Beaune 1er Cru v.v Dominique Laurent 97:

La robe rubis dense accuse une légère dégradation orangée sur les bords. C'est un nez de grand Bourgogne, évolutif et vibrant avec des fruits rouges (groseille/framboise), terre mouillée, un complexe végétal/menthol. La bouche légère mais énergique est très longue, elle finit sur des tanins soyeux avec une sensation de poivre.

UN ÉTÉ BIEN ARROSÉ
gros plan sur les deux plus anciennes bouteilles

gros plan sur les deux plus anciennes bouteilles

Repas du 23 août chez Nadine et Laurent

 

Apéritifs

UN ÉTÉ BIEN ARROSÉ

Gratin de fruits de mer

UN ÉTÉ BIEN ARROSÉ

Poulet basquaise

UN ÉTÉ BIEN ARROSÉ
UN ÉTÉ BIEN ARROSÉ

Fromages

UN ÉTÉ BIEN ARROSÉ

Tarte aux pêches

UN ÉTÉ BIEN ARROSÉ

Les bouteilles

UN ÉTÉ BIEN ARROSÉ

Une bouteille d'âge vénérable bue cet été: Monbazillac Clos Fontindoule 1959

 

Couleur ambrée de vieux Porto, nez à dominante de figue, bouche avec des arômes de réglisse insistants, après une longue aération viennent aussi des notes d'abricots confits.

Le vin tient encore!

UN ÉTÉ BIEN ARROSÉ

Partager cet article

Repost 0
Published by laurent - dans vin et gastronomie
commenter cet article

commentaires